1
Imprimer    

Réorientation professionnelle



Membre depuis le 05/05/2017
1 message

Posté :

Bonjour à tous et à toutes,

Je lis souvent vos postes et je sais qu'il y en a déjà eu des similaires, mais j'ai les mêmes questions que vous, et inquiétudes..

À 27, j'ai étudié la communication, un master en poche et un bon job. Néanmoins, cela fait des années que le métier d'infirmière reste dans un coin de ma tête, et cette année encore les mêmes questions se posent ...

Je ne peux pas quitter mon emploi car on a un prêt sur les bras, du coup il n'y a que les études en cours du soir qui pourrait me convenir ... je ne sais pas si c'est par peur de ne pas y arriver, par peur de "regretter", et puis à mon âge on a des projets de famille en tête, est ce conciliable ?

Mes questions pour vous sont :

1. Quelqu'un est au CPSI (Bruxelles) et peut me faire un retour sur son expérience ? Est ce que vous êtes contentes et satisfaites ?

2. Comment avez-vous "survécu" vos 5 années de cours du soir ?

3. Et pour toutes celles qui ont décidé de se lancer après leur étude et/ou qui ont changé d'orientation, qu'est ce qui vous a convaincu de vous lancer ?

Quand je lis vos autres témoignages, je me dis que vous êtes nombreuses à avoir franchi le pas, à avoir oser, c'est ultra motivant !
Mais je ne sais pas si c'est par peur de l'incompréhension de mon entourage, par peur de ne pas y arriver, ...

Merci d'avance pour vos retours et vos conseils.

très content



femme

Membre depuis le 10/07/2014
199 messages

Posté :

Bonjour Leslou,

Je suis +/- dans le même cas que toi. Le métier d'infi trotte dans ma tête depuis des années. Surtout que j'étais partie pour ce métier durant mes études, mais voilà mon manque de maturité à cette époque a pris le dessus et après 2-3 bêtises je n'ai pas continué mes études.
Pendant des années ça ne m'a pas trop travaillé, on va dire que j'étais "bien" et j'avais un boulot, mais voilà il y a quelques années l'envie et surtout un ras le bol de mon travail actuel se sont fait ressentir.
Et j'ai appris tout en surfant sur le net, qu'il existait des cours du soir, ou plutôt des cours en horaire décalé. J'ai pris tous mes renseignements et hop la reprise pour septembre 2014 était enfin dans mes projet.
Mais j'ai arrêté en mars 2015, ayant reçu un mail de mon boulot j'ai tout stoppé du jour au lendemain. J'ai eu peur de perdre ma place et vu que je n'étais qu'en 1ère année je n'ai pas osé continué.
Mais au jour d'aujourd'hui je retente et me suis de nouveau inscrite à l'Ipsma afin de ne plus avoir de regrets.
Beaucoup ont passé le cap, on réussit et donc je me dit que tout est possible, faut juste de la volonté et des sacrifices mais ça en vaut la peine sourire


Il n'est jamais trop tard clin d´œil


Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.