12
Imprimer      Envoyer à un ami     

diplôme de secondaire supérieur au plus: Discrimination à l'embauche?

Page 01 



Membre depuis le 22/07/2006
68 messages

Posté :

Je constate que sur le guide social, certaines offres précisent que le postulant doit posséder au plus un diplôme d'enseignement secondaire. Je suis assez interpellé par cette demande. Est ce pour des raisons de subsides ou de salaire ? N'est ce pas la une forme caracteristique de discrimination à l'embauche ?

Tempus Fugit



Membre depuis le 21/02/2006
407 messages

Posté :

sans savoir de quelle offre vous parlez, il existe en effet des subsides liés à un poste qui ont dans leur cahier de charge une exigence en terme de diplôme à posséder.

c'est une contrainte que l'employeur doit respecter. l'idée sous-jacente est de stimuler l'engagement des moins qualifiés pour un poste qui ne nécessite pas un haut niveau de diplôme.

quant à parler de discrimination à l'embauche, je ne suis pas d'accord : il faut distinguer discrimination et sélection. On ne parle pas ici de couleur de peau, de sexe, d'âge.
Derrière un diplôme, il y a (normalement) tout un sytème de savoirs, savoirs-faire et compétence.
C'est-à-dire une base objective sur laquelle peut s'opérer une sélection.

tout est une question de contexte :
la nécessaire possession d'un diplôme par rapport à l'obtention d'un emploi est un critère de sélection.
la nécessaire possession d'un diplôme (ou la non-connaissance d'une langue) par rapport à l'obtention d'un logement est une discrimination (à mon sens).



Membre depuis le 22/07/2006
68 messages

Posté :

Je comprend mieux s'il s'agit d'une nécessité en terme de subsides.
C'est regrettable à mon humble avis. Il me semble tout de même aberrant que l'on pénalise une personne pour avoir fait l'effort de suivre des études.
Cela devrait rester un atout et non pas un désavantage ne pensez vous pas ?
Je suppose que c'est un effet pervers d'une sélection visant la promotion des travailleurs peu qualifiés. Nous ne sommes pas ici dans l'obligation de posséder un diplome (avec des compétences,un savoir faire acquis) mais dans la nécessité de ne pas posséder certaines qualifications ce qui est à mon sens discriminatoire.
(Bien sur mon avis n'engage que ma personne, tout un chacun est libre d'en penser ce qu'il veut.)


Tempus Fugit



homme 49 ans

Membre depuis le 08/06/2006
95 messages

Posté :

C'est une affaire de subside dans la plupart des cas.

Comme les offres PEP, ACTIVA, ...

L'employeur paie moins de charge s'il engage une personne répondant à ces critères.



Membre depuis le 21/02/2006
407 messages

Posté :

Benoit Jean :
Je suppose que c'est un effet pervers d'une sélection visant la promotion des travailleurs peu qualifiés.

oui, on peut appeler ça un effet secondaire indésirable de la mesure, soutenant les moins qualifiés.

C'est d'autant plus vrai à Bruxelles, où le taux de chômage est un des plus élevé d'Europe, où les habitants ont peu accès à des jobs hors de bruxelles, où le nombre de chômeurs peu qualifiés est très important, et où l'offre de formation est de loin inférieure aux besoins.

la machine est sous haute pression.



homme 49 ans

Membre depuis le 08/06/2006
95 messages

Posté :

L'éducation est vraiment à revoir dans ce pays... Oups... Dans cette Communauté française...



Rochefort

Membre depuis le 18/07/2009
5 messages

Posté :

Benoit Jean :
Je comprend mieux s'il s'agit d'une nécessité en terme de subsides.
C'est regrettable à mon humble avis. Il me semble tout de même aberrant que l'on pénalise une personne pour avoir fait l'effort de suivre des études.
Cela devrait rester un atout et non pas un désavantage ne pensez vous pas ?
Je suppose que c'est un effet pervers d'une sélection visant la promotion des travailleurs peu qualifiés. Nous ne sommes pas ici dans l'obligation de posséder un diplome (avec des compétences,un savoir faire acquis) mais dans la nécessité de ne pas posséder certaines qualifications ce qui est à mon sens discriminatoire.
(Bien sur mon avis n'engage que ma personne, tout un chacun est libre d'en penser ce qu'il veut.)



69 ans

Membre depuis le 10/02/2009
9 messages

Posté :

Vincent S. :
il existe en effet des subsides liés à un poste qui ont dans leur cahier de charge une exigence en terme de diplôme à posséder.

c'est une contrainte que l'employeur doit respecter.


C'est bien exact et ce l'est d'autant plus que la fonction ne requiert pas un diplôme supérieur au CESS. C'est une façon aussi de permettre l'accès à l'emploi aux moins qualifiés.
Pour les fonctions supérieures qui réclament un bac ou un master, des dérogations sont possibles.
Mais armez vous de courage et de patience: les critères le permettant sont souvent obscurs ou "volontairement" flous. circonspect



Liège
femme

Membre depuis le 04/01/2010
15 messages

Posté :

Je ne vois pas le mal. Au contraire, réduire la profession et le savoir au contenu d'un diplôme pour moi EST sélectif. Quand vous avez une offre qui demande un simple CESS, vous pouvez y répondre en ayant un diplôme supérieur. Quand vous avez un simple CESS et qu'on demande le diplôme supérieur, vous ne pouvez pas y répondre. Vrai ou pas vrai ? Donc, pour rééquilibrer la chose, il y a aussi des postes où on ne prend pas les diplômés. Et il n'y en a pas plus que les autres types de demandes.
Le diplôme ne fait pas tout, et ce n'est pas parce que la personne qui postule n'a pas de diplôme dans le secteur qu'elle n'a pas de connaissances à ce sujet, ou d'expériences. Surtout dans des milieux où le bénévolat est extrêmement présent. Les employeurs ne prennent pas non plus des gens 100% ignorant, ils ne sont pas bêtes non plus.

Moi j'ai arrêté mes études supérieures afin d'être plus disponible pour les personnes qui cherchaient une animatrice. J'avais dû décliner des demandes et cela m'avait laissé un poids plus blessant que d'arrêter les études, à choisir entre un banc et de la paperasse d'un côté, et des expériences uniques et humaines de l'autre, j'ai fait mon choix. C'est juste une autre technique d'apprentissage, et elle n'a pas à être dénigrée pour autant.
Pourtant on ne peut pas dire que je n'aurais pas essayer, puisque j'avais entamé une formation d'animatrice en plaine dès ma jeunesse, mais lors de la seconde période de formation j'ai subi un véritable harcèlement moral, pour des raisons privées, à tel point que ma mère est allée les voir après et qu'ils lui ont répondu "même si on lui avait donné son brevet on ne l'aurait pas engagée".
J'ai par après travaillé pour une asbl en gérant un groupe de trois-six ans seule et jamais la coordinatrice n'a eu à quelque chose à redire de mon travail. Elle-même ne comprend pas ce qu'on m'a reproché. En même temps on a dit de moi là-bas tout et son contraire huh 'y a pas grand chose à saisir là-dedans.

Et quoi, encore maintenant je fais des petits ateliers par-ci par-là, soit rémunérés soit bénévoles, et je ne pourrais pas bosser pour une question de diplôme ? Flaubert a dit du diplôme "signe de science, ne prouve rien". Or aux entretiens d'embauche, on demande des preuves. Le diplôme est certes, UNE preuve de nos jours, mais il y a plein d'autres types de preuve, et inciter les employeurs à regarder autre chose que le diplôme n'est pas un tort dans ce sens-là. clien d´œil


"La poésie est une musique que tout Homme porte en soi" William Shakespeare



Schaerbeek
homme

Membre depuis le 23/01/2011
4 messages

Posté :

Benoit Jean :
Je constate que sur le guide social, certaines offres précisent que le postulant doit posséder au plus un diplôme d'enseignement secondaire. Je suis assez interpellé par cette demande. Est ce pour des raisons de subsides ou de salaire ? N'est ce pas la une forme caracteristique de discrimination à l'embauche ?


1. subside et salaire en même temps = argent

2. discrimination à l'emploi pas à l'embauche

3. Amitié à la Communauté Belge de Belgique.


Page 01 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus