12
Imprimer      Envoyer à un ami     

Formation psychanalyste

Page 01 



Ganshoren
femme

Membre depuis le 24/03/2006
34 messages

Posté :

bonjour,

je suis éducatrice A1 depuis 2004, à force de ne pas trouver un job, je pense à me relancer dans les études.

j'ai fait connaissance d'une " ecole " Centre Belge de Formation psy. qui se trouve à ixelles. Je voudrai y suivre la formation de "la psychanalyse de l'enfance".

est ce quel qun connait ce centre? est il efficace?
sinon qui connait un autre école du même style?

Merci de votre réactions.


Françoise



Liège
femme

Membre depuis le 20/02/2006
1234 messages

Posté :

Bonsoir,

Pourriez vous donner le nom exacte de la formation (parce que plusieurs écoles reprennent le terme "belge" dans leurs appelations et ont, il est vrai, une très bonne reconnaissance.
- Ecole Belge de Psychanalyse.www.bsp-ebp.be
- Société Belge de Psychanalyse.www.societe.psychanalyse.be.)

Ceci dit, se former à la psychanalyse de l'enfance" est une chose

Devenir psychanalyste en est une autre.

La première condition pour devenir analyste est d'avoir fait soi-même, une analyse ( et on va l'espérer assez approfondie).
D'avoir ensuite, une certaine pratique en santé mentale .
Enfin, de faire superviser cette pratique.

Si vous vous intéressez à la psychanalyse, il pourrait être interessant pour vous de surfer sur ces sites ou sur les deux suivants: www.squiggle.be
www.oedipe.org

Certaines écoles vont vous demander un diplôme universitaire, d'autres un diplômes A1 mais à chaque fois, d'orientation sociale.
Enfin, pour beaucoup d'écoles, le but premier n'est pas de former des analystes mais d'abord de transmettre un savoir (et c'est un peu là que je vous mets en garde via ce message)


Bonne recherche et bonne continuation,


Psychomotricité, Autisme et Psychose chez l'enfant.
Soins précoces et prévention. Quelle pratique pour le psychomotricien ?
Liège, le 26 Avril 2013
www.airelibreasbl.be



Hainaut

Membre depuis le 22/06/2006
258 messages

Posté :

Bonjour,

Je pense, un peu comme Françoise, que la psychanalyse est une pratique qui demande une solide formation théorique, pratique et personnelle.Vous dites que vous êtes éducatrice et que vous ne trouvez pas de travail, vous avez donc peu d'expérience clinique, et un bagage qui me paraît insuffisant pour aborder une école "sérieuse" de psychanalyse. En outre, il semble que vous fassiez ce choix par dépit "à force de ne pas trouver de travail". La psychanalyse est une discipline ardue, si vous voulez trouver rapidement du travail, ce ne sera pas par cette voie, vu qu'une formation sérieuse demande du temps (des années...). Je suis psychologue clinicienne d'orientation analytique, et malgré une formation universitaire, une formation continuée toujours en cours, des heures de pratique clinique, de supervision, et près de dix ans d'analyse personnelle, je ne me prétends toujours pas psychanalyste! Ce n'est pas pcq ce titre n'est pas protégé qu'il doit devenir un grand n'importe quoi. N'importe qui peut se prétendre psychanalyste, mais les patients rencontrés en privé en analyse sont très exigents, ils vont vite repérer face à qui ils se trouvent. Il existe sûrement des formations intéressantes qui peuvent vous apporter des "plus" en tant qu'éducatrice. Je suis par ailleurs étonnée que vous ne trouviez pas de travail, il me semblait qu'il manquait d'éducateurs?

Bonne réflexion.



chimay

Membre depuis le 25/09/2006
374 messages

Posté :

je suis d'accord avec ce qui est dit plus haut
je dirais même plus: ce n'est pas vraiment une formation psychanalytique qui ouvre des portes de l'emploi et (je suis subjectif en disant cela, mais tant pis!) ce n'est pas la formation la plus pratique qui existe dans le boulôt d'éducateur!!
Une formation en systémique (c'est "à la mode") serait plus utile tout comme acquérir le permis pour conduire un bus.... ben oui c'est au raz des paquerettes peut-être, mais c'est çà la réalité du terrain.
bon courage
JJ



Membre depuis le 26/02/2006
288 messages

Posté :

Je pense que Umuhozak n'a pas pour projet de devenir psychanaliste, elle souhaite simplement suivre des études qui lui permettront d'aquérir des bases dans un certain domaine et de se perfectionner.

Tu peux aussi faire une passerelle vers l'unif et commencer une licence en pédagogie.
La systémique? Pourquoi pas.
Mais si pour JJ la réalité de terrain est que l'éducateur conduise un bus, je vous conseille de revoir vos pratiques professionnelles...



Ganshoren
femme

Membre depuis le 24/03/2006
34 messages

Posté :

Merci à tous pour vos réactions et conseils. comme le dit stephve, je n'ai pas l'intention de devenir psychanaliste, sinon j'aurai fait l'unif dès ledépart. ce que je voudrai c'est avoir plus de connaissance en psychanalyse pour entre autre pouvoir travailler dans les psychiatrie ou pedo-pschiatrie ...Le métier d'éducateur n'étant pas seulement "conduire un bus, ou changer des couche" j'estime qu'il est important de connaître/comprendre les problèmes des patients enfin de pouvoir mieux les aider.
Pour ce qui est les nombreux offres d'emploi pour les éducateurs..c'est vrai qu'il y'en a mais je me trouve souvent sur qualfié ( on cherche les A2, ou moins d'experience( pour en arriver à 5 ans d'exp il faut commencer par trouver un job non? )

Merci à vous


Françoise



Liège
femme

Membre depuis le 20/02/2006
1234 messages

Posté :

Pour nuancer les propos ci-dessus, je dirais qu'il est vrai que la systémique pour les éducateurs peut-être plus intérressante.

Ceci dit, si vous aimez la psychanalyse, il est possible de participer à des groupes de travail, des groupes de lectures via les écoles d'analyse. C'est une bonne entrée en matière pour faire connaissance avec le "monde analytique" ET le monde du travail.

Pour certaines institutions, l'option analytique est importante (entre autre en psychiatrie ou en pédo-psychiatrie, comme vous le soulignez très bien).

Lors d'un colloque organisé au printemps dernier sur "les pratiques inspirées de la psychanalyse", un responsable d'institution (du Hainaut) se plaignait d'un manque d'étudiants, de stagiaires, travailleur social formés à la psychanalyse. Il n'y a plus que 20 % des personnes qui se présentent qui y sont formés. Tous les autres se trouvent ou du coté comportementaliste ou du coté systémique.

Enfin, dans un tout autre domaine, pour travailler avec des enfants, la psychomotricité pour un éducateur est une option intéressante.

Ex. d"une pratique inspirée de la psychanalyse:

- Le Chateau de la Borde : clinique psychiatrique dirigée par J. Oury (France)

A lire: les livres de Maud Mannoni: "L'Institution éclatée "Le psychiatre, son fou et la psychanalyse"

Ect, ect

Du coté de l'enfance: "psychanalyse et pédiatrie" F. Dolto

-Les années folles de l'adolescence, Ph; Van Meerbeek







Psychomotricité, Autisme et Psychose chez l'enfant.
Soins précoces et prévention. Quelle pratique pour le psychomotricien ?
Liège, le 26 Avril 2013
www.airelibreasbl.be



Hainaut

Membre depuis le 22/06/2006
258 messages

Posté :

Je pense que certaines institutions sont en recherche d'éducateurs ayant une sensibilité psychanalytique, je pense notamment au Courtil, aux ateliers du 94 à La Louvière... il doit y en avoir d'autres.



chimay

Membre depuis le 25/09/2006
374 messages

Posté :

pour stephve:
désolé de te contredire, mais si une Maison désire engager un éduc, 2 se présentent, ils ont le même profil ts les 2, ils ont le même CV ts les 2, ils semblent avoir le gnak ts les 2 pour bosser,l'un des 2 a le permis bus: lequel en théorie au départ a le plus de chances d'avoir la place?
La question ne se pose même pas. Cà c'est la réalité du terrain!!
Sans compter qu'on peut faire son travail d'éduc, de pratique professionnelle (hé oui!) tout en tenant le volant.

JJ



Membre depuis le 22/03/2007
3 messages

Posté :

j'ai du mal à te suivre JJ. quelles vision du travail éducatif as tu ?
Aujourd'hui bon nombre de personnes sans diplôme travaille comme éducateur. Sans doute par ce qu'il ont ce permis de bus. Mais devons nous continuer à cautionner ce travail. Quand est ce que les éducateurs vont ils enfin se décider à développer une clinique éducative? Arrêtons de nous voiler la face et donnons une protection au titre d'éducateur.
Et je suis certain que cette protection devra passer par le développement d'outils spécifiques au travail éducatif.

Hyghgland


Page 01 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus