2
Imprimer      Envoyer à un ami     

Agressivité au travail?




Membre depuis le 11/10/2014
2 messages

Posté :

Aujourd'hui, je m'interroge sur la violence et l'agressivité au travail. Le plus souvent, on pense "relation avec les clients, usagers, avec des fournisseurs, des visiteurs...

Et la violence institutionnelle? Insidieuse, fine, imperceptible.

Ne serait-ce pas aussi ce supérieur qui manque de respect en arrivant systématiquement en retard aux réunions, en n'étant pas attentif aux débats, en noyant le poisson dans des réponses kilométriques...

Ne serait-ce pas aussi, cette personne qui vous tourne le dos quand vous parlez et puis qui n'a pas entendu et qui vous demande de répéter... C'est insidieux, à peine perceptible, mais à force d'être répétées ces pratiques sont perçues comme une forme de violence et d'agressivité passive de la part d'une hiérarchie censée montrer l'exemple et mettre en place des bonnes pratiques permettant la prévention des évènements agressifs dans l'institution.
Sans parler de ce supérieur qui à la sortie de la réunion, dit à une collègue qu'il ne trouve pas ces mesures de prévention nécessaires...
Comment tenir bon? Comment ne pas s'en tenir au minimum de sa fonction et se dire que l'on travaille pour sa paye? Quand les hiérarchies vont-elles se remettre en question?



Solre-sur-Sambre
femme 56 ans

Membre depuis le 20/03/2019
5 messages

Posté :

J'ai subi ce genre de harcèlement qd j'étais jeune; à un point que rien que de voir le véhicule de mon supérieur sur le parking, je frolais la crise d'angoisse. Je me rappelle en avoir parlé à l'époque à un médecin conseil de la médecine du travail lors d'un arret de travail , mais ça n'a jamais été plus loin.
Pour moi, c'était chaque jour des remarques, même sur ma vie privée. Je travaillais ds un fast food; j'ai eu droit à des questions désagréables et inquisitrices parce que mon compagnon de l'époque passait sur le temps de midi prendre un café, et il lui arrivait de changer un billet de 1.000 francs (époque du franc Belge, il y a plus de 30 ans). Même lorsque je respectais les méthodes de travail, j'avais des remarques. Concernant ma rapidité également, alors que j'étais une des plus rapides en service.
Ce qui m'a sauvée? Trouver un autre emploi. Mais j'en ai gardé une sensibilité en cas de remarque et un manque d'assurance.
Je sais que dans de grandes société, il est obligatoire d'avoir des personnes de confiance à qui s'adresser en cas de harcèlement. Voyez de ce coté.
Courage.




Membre depuis le 11/10/2014
2 messages

Posté :

Merci pour votre réponse, le souci c'est que je travaille moi-même dans le service de prévention et protection au travailk et que c'est dans cette fonction que le manque de respect se manifeste sans que ce soit du harcélement, juste une agresivité passive et je pense que ceux qui le font n'en ont pas toujours conscience... Mais c'est vrai que les personnes de confiance sont là pour les situations de harcélement au travail. merci.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus