11
Imprimer      Envoyer à un ami     

aide soignante coup de geule

Page 01 



Membre depuis le 03/08/2006
51 messages

Posté :

Bonjour je m'appelle lindsay et j'aimerais passer un gros coup de geule...
J'ai eu mon diplôme de puericultrice au mois de juin 2005 et vu que le domaine de la petite enfance est bouchée pour le moment, j'ai ete me presenter dans une residence afin de voir s'il y avait une place d'aide soignante pour moi.
J'ai eu un contrat de remplacement de trois mois.
Au debut, tout se passait bien et j'aimais bien soigner les personnes agées.
Puis la dame que je remplacait est revenue et c'est la que le cauchemard a commence.
Les patrons (surtout la patrone) a commence a dire que mon travail etait mediocre, que je devais lui remettre ma demissions et elle trouvait pleins d'erreurs que je n'avait pas commise.
Le matin, quand je prennait mon service je me faisait deja crié dessus sans avoir rien fait.
Un jour, j'en ait eu marre et j'ai trouve un monsieur de l'assistance juridique dans un syndicat.
Je me suis mise en maladie parce que je pleurait tout le temps et j'avais les nerfs a vifs.
Mes anciens patrons ont refuse de remplir mes papiers de mutuelle et je n'ai rien touché pour le mois de juin de cette année.
Le syndicat a pris les choses en mains et aujourd'hui tout va pour le mieux.
Je ne travail plus pour eux.
Je concoit que le metier d'aide soignante est un tres beau metier et qu'il faut beaucoup de courage et de patiente pour s'occu^per des personnes agées mais il faudrait peut etre que les patrons se rendent comte des efforts que leur personnel fournissent et qu'ils aient le droit au respect.
Lindsay.



Membre depuis le 30/03/2006
83 messages

Posté :

Là est tout le problème: les patrons ne savent pas ce que c'est... Ils te donnent comme ils disent, des directives de travail, et t'obligent à les suivre à la lettre. C'est-à-dire que si on te dit de faire comme ça, tu dois faire comme ça. Seulement ils se rendent pas compte que parfois on change les directives pour le bien-être des résidents, et pas pour nous gagner du temps et se reposer à la fin de la journée. C'est bien de nous dire de faire d'une telle façon, de nous mettre en personnel réduit pendant les w-e, mais ils oublient que les personnes dont on s'occupe sont des personnes âgées, parfois mourrantes ou malades. Que quand on a une épidémie de gastro, le travail est deux fois plus lourd, que quand on a un décès on doit l'assumer. Moi ce qui me révolte en ce moment à mon travail, c'est qu'on est en personnel plus que réduit le w-e. Les chefs ont décidé entre eux qu'on était suffisamment nombreux. En gros le w-e on devrait faire nos toilettes en 5 minutes. Et on viendra encore après me parler du respect du résident. Ils oublient que certaines personnes ont du mal à avancer, qu'ils peuvent être moins bien certains jours. De plus, par ces chaleurs, quand on effectue notre travail le w-e, il n'y a personne pour les hydrater. Vous trouvez ça juste? En gros on est deux aides-soignantes et une infirmière pour 30 personnes. Et c'est ainsi pour les 4 étages. Mais l'infirmière le matin s'occupe des médicaments, des injections, des soins, ce qui est tout-à-fait normal. Donc en fin de compte on se retrouve à deux pour assumer 30 personnes. 30 personnes et tout ce qu'il faut faire à côté (lits, rangement...). Et avons-nous un merci pour ça? Jamais... on ne vient nous trouver que pour nous faire des reproches. Le métier d'aide-soignante est dur à assumer, certes, mais il est encore plus dûr d'assumer ses patrons. Le bonheur quand ils ne sont pas là... on s'organise comme on veut et on prend du temps pour discuter avec les résidents. Car en temps normal, on a même pas le temps. Alors qu'on devrait leur consacrer un maximum de temps, surtout chez les personnes qui ne reçoivent aucune visite, on ne fait que courrir sans jamais pouvoir s'arrêter. Mais tous les patrons de nos jours ne jurent que par la rentabilité. S'ils savent faire avec deux fois moins de personnel ce qu'ils feraient avec un nombre suffisant, pourquoi s'ennuyer à engager de nouvelles personnes.
Ca fait presque 9 mois maintenant que j'ai demandé pour passer en temps plein. Et on me répond qu'il n'en faut pas. Comment ça il n'en faut pas??? Je dois parfois aller travailler pour 11h car il n'y a plus personne, les mi-temps terminant à 11h. Et on me dit qu'il ne faut pas de temps plein?? Non c'est bien mieux d'engager 50 mi-temps et toucher 50 primes plutôt que de prendre un temps plein. En tous cas lili je suis de tout coeur avec toi et je te comprends. C'est clair que parfois on a des raisons d'être dégoûtée.



Membre depuis le 06/03/2006
26 messages

Posté :

Bonjour lindsay je vois que tu es du hainaut.C'est vrai que c'est un métier ou les patrons profite beaucoup.Surtout ne donne pas ta démission.Ou travailles tu?Rassure toi je ne crains rien moi je vais seulemnt commencer les cours



Membre depuis le 03/08/2006
51 messages

Posté :

Je travaillais dans les environs de courcelles.
Je me suis mise en maaladie et mon contrat a pris fin le 30juin de cette année.
Bonne chance si tu suis des cours d'aide soignante.
Je ne veut pas te decourager mais quand tu travailleras dans une maison de repos tu en auras surement marre que personne ne te dise merci quand tu viens de faire 12 heure d'affilée le week end ou que tes patrons te prendrons pour une " merde".
Je sais, les patrons ne sont pas tous comme ca et j'espere que tu trouveras de bons patrons.
Oui je viens du hainaut j'habite pres de courcelle.
Courage pour tes cours et pour tes stages...



Membre depuis le 03/08/2006
51 messages

Posté :

Peut-etre y a t-il comme moi des personnes ayant travaillé dans une maison de repos qui ont eus ou qui ont des mauvais employeurs et qui veulent partagés leurs expériences...



Membre depuis le 30/03/2006
83 messages

Posté :

Personnellement j'ai effectué plusieurs remplacements avant de travailler où je suis actuellement. Je n'ai trouvé qu'un seul très bon patron, parlant du fait de pouvoir lui parler librement et étant à notre écoute. Pour ce qui est du boulot, c'etait plus que merdique. Fallait se présenter une demi-heure à l'avance pour être sûre de pouvoir terminer ton travail à temps. Maintenant en parlant de patron juste dans le travail, je dois dire que mes anciens patrons n'étaient pas si mauvais que ça. D'ailleurs je les regrette. En fait j'ai quitté chez eux pour me mettre en ménage. Mais si je devais y retourner, ce serait sans me poser de questions. Pourtant à un moment j'en avais plus que marre de bosser chez eux. Mais comme je dis toujours "on sait ce qu'on a, on ne sait pas ce qu'on aura". Et quand je vois ce que j'ai maintenant, je me dis que j'avais bien raison.
En fait ca ne fait pas longtemps qu'on a changé de direction. Au début, je la trouvais juste. Mais au fur et à mesure du temps, je la trouve de plus en plus mesquine. Même la chef a du mal à la supporter. Elle voudrait que tout aille comme elle veut. On lui demande de trouver des solutions pour les w-e, de nous donner des feuilles d'organisation (étant donné qu'on a également changé de maison)... elle nous dit oui, mais on attend toujours. Et comme j'ai dit, elle ne sait venir te trouver que pour te faire des reproches. Mais on ne me dit pas merci pour les 40 heures supplémentaires que je me suis tapé ces deux derniers mois. Pour être revenue quand ils en avaient besoin. Mais un seul pas de travers et on se fait descendre en flamme. Bref je pense pas qu'il existe de bons patrons dans tous les domaines pour ce secteur. Ou alors celle ou celui qui trouve, qu'on me le dise, je postule immédiatement.



Membre depuis le 03/08/2006
51 messages

Posté :

Mes anciens patrons etaient comme ca aussi.
Enfet, c'était surtout la femme qui nous faisaient des reproches a longueur de journée et ne nous disait jamais un merci.
J'ai fait aussi plusieurs fois des heures supplémentaires et je n'ai jamais ete remerciée pour cela.
Par contre, si je faisait la moindre erreur ou que je n'allais pas assez vite , on se faisait reprimender comme des poissons pourris.
Je me demande pourquoi les patrons prennent les aides soignantes pour des merdes?
Ils ne prennent sans doute pas assez conscience des efforts que leurs personnel fournissent pour avoir termine leur travail a l'heure .



Membre depuis le 30/03/2006
83 messages

Posté :

Oui en effet ils ne se rendent pas compte du travail que l'on fait. Moi j'adore blaguer avec les résidents et les titiller un peu. Ca reste toujours dans un contexte amical. Seulement, on est presque obligé de se cacher pour rire un peu avec eux, car plusieurs fois ça a été mal pris. On passe la moitié de notre temps avec eux, on est les mieux placés pour savoir comment les prendre, et on est même pas encore libre de les amuser un peu. Pour les patrons, les résidents restent un outil de travail. Alors que pour nous c'est plein de petits bonheurs partagés. Ils ne se rendent pas compte que sans nous, leur boutique ne fonctionne plus. Que même sans eux, le travail est fait et ils sont maintenus dans de bonnes conditions. S'ils partent en vacances, ils n'ont pas à avoir de soucis, car la maison sera propre, ils auront à manger et seront lavés. Et après on veut te faire des remontrances avec des vieux principes à la noix. Les patrons parfois ne connaissent même pas leurs résidents. Quand on annonce un décès, ils ne savent pas qui c'est. Parce que c'est nous qui avons veillé, qui lui avons rafraîchi le front pendant ses fièvres, qui l'avons entourré pendant son départ. Et on viendra t'ennuyer parce que tu n'as pas rincé ton évier, ou parce que tu as laissé une serviette sale dans la salle de bain, ou parce que tu as oublié un gant sur le lit, ou parce que ton drap dépasse du couvre-lit... j'en passe et des meilleurs. Mais on ne voit pas ce que tu as fait à côté. J'ai toujours dit si j'avais une maison de repos, j'aurais le personnel en suffisance pour pouvoir prêter attention aux résidents. Quelle importance si une personne déprimée n'a pas envie de se laver un jour, mais que si au bout de cette journée on arrive à la faire sourire, n'est-ce pas plus important? Mais non c'est pas hygiénique. Parfois les patrons n'ont pas de coeur. C'est la leur différence avec nous. Pour eux les résidents sont de l'argent. Pour nous, en tous cas pour moi, ils sont une belle leçon de vie, une vieux coffre à souvenirs. On leur doit le respect.



Membre depuis le 03/08/2006
51 messages

Posté :

Bien dit, pour moi aussi les residents etaient un petit bonheur qui me poussait a aller travailler chaque jour malgré les humeurs massacrantes de mes anciens patrons.
Je pense souvent a eux et il y en a de ceux qui me manque enormement.
En tout cas tu m'as l'air d'etre un(e) bon(ne) aide soignant(e) parce que la facon dont tu parle de ton travail est exemplaire et on voit bien que tu y met du tien pour rendre la vie de ces residents plus belle...



Membre depuis le 30/03/2006
83 messages

Posté :

Notre rôle est bien là: les soutenir dans leurs dernières années, montrer qu'on pense à eux, bref leur apporter le plus de bonheur qu'on peut. Malheureusement, notre rôle est bien souvent oublié pour d'autres choses soient-disant plus importantes. Comme travailler vite, faire du rangement. Bref on passe plus de temps à ranger et nettoyer qu'à s'occuper de nos petits résidents. Heureusement pour eux, les ergothérapeutes sont là pour s'occuper d'eux quand on fait autre chose. Mais au départ c'était le boulot de l'aide-soignante. Vu la réduction du nombre d'infirmères sur le marché, on en engage le moins possible et on comble le reste avec des aides-soignantes. Ce qui fait que plus personne ne tient vraiment son rôle. L'infirmière n'a elle aussi plus le temps de s'accorder quelques minutes avec ses résidents. Entre ses médicaments, ses soins et ses préparations, ses quelques toilettes, les visites des médecins, et bien sa journée se termine vite. Et c'est ça que je trouve un peu dommage. J'ai vu un reportage il y a quelques temps sur une maison de repos en allemagne. Il y avait là-bas une aide-sognante pour trois résidents. C'est remarquable!! Les résidents disaient eux-même qu'ils avaient confiance en elles, qu'ils pouvaient leur parler. Chez nous, par obligation ou par facilité, on tape les personnes âgées dans les maisons de repos pour qu'elles aient quelqu'un à leur côté. Désolée mais moi je n'ai pas le temps d'être à leur côté. Et d'ailleurs on est jamais vraiment à leur côté, vu que quand ils commencent une conversation avec nous, on se sentira obligé de devoir abréger en pensant à la montagne de travail qu'il nous reste. De plus, je ne vois même pas pourquoi on appelle encore ça une maison de repos. Certes les tâches quotidiennes sont réduites pour eux, mais de nous voir courrir sans cesse, de les laver à une telle heure (l'heure qu'on décide en fait) tout ça n'est pas très reposant. On les prive de liberté, on leur impose nos règles. Parfois j'ai l'impression de parler à des enfants quand je dis "va manger", "viens te laver". Je donne des ordres à des personnes 4 fois plus âgées que moi, auxquelles je devrais le respect, lesquelles mériteraient plus de me remettre dans le droit chemin, qui pourraient être mes grands-parents. Mais pour qui je me prends à faire ça?? Pour personne, j'exécute simplement les désirs des patrons. Ils doivent être lavés pour une telle heure, manger à telle heure. Sincèrement je ne voudrais pas vivre comme eux, et je comprends aisément qu'ils finissent par s'isoler. Bref c'est pas moi qui vais réussir à changer tout ça...


Page 01 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus