6
Imprimer      Envoyer à un ami     

baisse des consultations en juillet et août



femme

Membre depuis le 15/07/2009
11 messages

Posté :

Bonjour à tous,

Je suis nouvelle sur le forum.

Ce mois-ci, j'ai débuté une activité comme psychologue indépendante. Je me rends compte que ce n'est pas le meilleur moment pour commencer mais la vie a fait que je débute maintenant.

Je me pose deux questions et j'ai besoin de vos avis.

Remarquez-vous une baisse dans le nombre de consultations durant les mois de juillet et août? J'imagine que peu de personnes commencent une thérapie à ce moment-là?

Afin de me faire connaître, je me suis inscrite dans différents annuaires sur le web (psy.be, lepsychologue.be, pages d'or,...) et j'ai écrit aux médecins généralistes et spécialistes de ma région en leur demandant un rendez-vous. Jusqu'ici, je n'ai eu aucun retour des médecins; je compte leur téléphoner pour essayer d'obtenir des rendez-vous. Avez-vous d'autres idées concernant les moyens de se faire connaître?

Merci beaucoup d'avance pour vos réponses.

Bonne journée.



Membre depuis le 08/01/2007
83 messages

Posté :

Dans le libéral, il y a toujours une fluctuation des demandes. Personnellement, ce n'est pas nécessairement pendant les vacances. Cette période peut aussi être mise à profit pour une réflexion sur soi...j'ai donc souvent de nouvelles demandes à ce moment de l'année.
Je pense que le bouche-à-oreille reste la meilleure publicité...il faut être patient(e) et y croire...
Bon lancement dans l'aventure.
Fiorentina



femme

Membre depuis le 15/07/2009
11 messages

Posté :

Pour Fiorentina

Merci beaucoup pour votre message d'encouragement.

Je me dis aussi que le bouche-à-oreille sera la meilleure publicité. Mais c'est vrai qu'en commençant, c'est angoissant quand personne n'appelle...

Merci encore.



femme

Membre depuis le 11/10/2012
40 messages

Posté :

Bonjour,
Y croire, c'est déja un bon début, mais pourquoi pas faire aussi un site internet avec ton experience, ce que tu as à apporter aux personnes et ta formation complémentaire.
J'ai fait mon site, toute seule, et je crois vraiment que c'est un moyen de te faire connaître.
http://relaxeau.be/

Courage!!!!



Bruxelles
femme 62 ans

Membre depuis le 24/09/2012
5 messages

Posté :

Les vacances et les beaux jours donnent une amélioration et une chute de fréquentation pour ceux qui souffrent de dépression saisonnière et /ou ceux qui ont la possibilité de s'offrir des vacances; ceux qui restent sont preneurs du fait aussi que bcp de psys sont eux aussi en congés annuels

par contre pour vous lancer je ne suis pas étonnée du peu de retours des médecins, tachez d'aller les voir, bcp sont peu réceptifs c'est vrai ...
Cela dépend aussi comment vous vous présentez

Un site internet aujourd'hui fonctionne bien mais cela a un coût et un investissement en temps + des règles strictes au niveau de la confidentialité

Si le bouche à oreille fonctionnait TB dans le temps je n'y crois pas bcp pour commencer une patientèle...
il faut vous montrer à des colloques, des congrès, aux médecins généralistes, homéopathes,, aux naturopathes, ostéopathes,.... et ce n'est pas donné à chacun(e) de le faire avec efficience
Il faut 3 à 5 ans pour constituer une clientèle et en attendant il vous faudra vivre...
Je donne des journées d'accompagnement pour jeunes psys qui s'installent sur le cadre, la déontologie, la fiscalité mais aussi comment développer sa clientèle

bonne chance

Dominique NASIM KRISCHEL
Directrice du centre ARBORESCENCES- Psy depuis 25 ans



Fontaine-l'evêque
homme 70 ans

Membre depuis le 03/05/2009
5 messages

Posté :

Gardfield4 qui constate : « Afin de me faire connaître, je me suis inscrite dans différents annuaires sur le web (psy.be, lepsychologue.be, pages d'or,...) et j'ai écrit aux médecins généralistes et spécialistes de ma région en leur demandant un rendez-vous. Jusqu'ici, je n'ai eu aucun retour des médecins ; je compte leur téléphoner pour essayer d'obtenir des rendez-vous.»

Test-Achats avait déjà fait ce consternant constat et sans doute très sous-évalué :
«Les médecins de famille ne disposent généralement pas du temps nécessaire pour ce type de consultation et n’ont pas la formation adéquate pour entamer un traitement psychothérapeutique. C'est pourquoi, face à des troubles sévères, les médecins devraient orienter leurs patients vers une aide spécialisée, ce qui ne s’est produit que dans 44 % des cas ». (Enquête auprès de 14 000 Belges, avril 2003).

D’ailleurs dans un autre dossier, « Test-Achats s'est penché sur les problèmes émotionnels plus fréquents, les principaux types d'aide psychologique existants, leur durée, leur coût, leurs résultats et le niveau de satisfaction des patients. Seulement un tiers des Belges qui révèlent avoir vécu récemment des difficultés émotionnelles (surtout dépression ou anxiété), ont fait appel à une aide psychologique professionnelle. Les médecins de famille sont le plus souvent consultés. Or une psychothérapie […] quoique généralement plus chère, est bien plus efficace ».

Baudouin Labrique, psychothérapeute



Baudouin Labrique (www.retrouversonnord.be)



Fontaine-l'evêque
homme 70 ans

Membre depuis le 03/05/2009
5 messages

Posté :

P.S.

Au début de mes activités, j'ai entamé ce parcours du combattant notamment auprès des médecins. Certains d’entre eux m’ont franchement fait part de leur crainte de perdre une partie de leur patientèle s’ils recommandaient un psy !

Voici ce que peu de gens et sans doute médecins savent : « C'est la médecine tout entière qui doit s'ouvrir à la psychologie et devenir psychosomatique. Ou pour mieux dire, avec WEISS et ENGLISH [°] : " Toute maladie relève à la fois de l'esprit et du corps et toute thérapeutique est, de ce fait, de la médecine psychosomatique. Lorsqu'on en sera dûment persuadé, le terme psychosomatique pourra disparaître, les données qu'il traduit étant désormais impliquées dans le terme médecine ". Mais pour cela il faut que tous les médecins et psychiatres soient authentiquement formés à la psychologie et aient renoncé au préjugé organiciste. ». (Marc-Alain Descamps (1992). Corps et psyché, p16).
° Ouvrage de référence : Médecine Psychosomatique. L'Application de La Psychopathologie aux Problèmes Cliniques de Médecine Générale.

Il faut certes relever que les médecins ne sont pas formés à l’accompagnement psychologique, loin s’en faut ! Ils devraient alors déléguer aux psychothérapeutes dont c’est le rôle complémentaire, suivant cette déjà très ancienne définition :

"La psychothérapie est l'ensemble des moyens par lesquels nous agissons sur l'esprit malade ou le corps malade, par l'intervention de l'esprit." (Dr Antoine Porot, co-auteur du ‘’Manuel alphabétique de psychiatrie’’ - 1952).
La psychothérapie ne se limite donc pas aux troubles mentaux. Dans le cas de troubles somatiques, donc physiques, la psychothérapie peut intervenir efficacement : même si les relations entre l'immunité et le psychisme sont scientifiquement avérées, elle n’a aucune prétention scientifique a priori et d’ailleurs, vu ses composantes, elle ne saurait jamais rentrer sous le joug de l’expérimentation scientifique.




Baudouin Labrique (www.retrouversonnord.be)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus