19
Imprimer      Envoyer à un ami     

c'est l'angoisse

Page  02



Membre depuis le

Posté :

merci!

C vraiment super sympa du tuyau! C très loin de chez moi, mais c vraimetn pas grave!!

Par contre, j'aurais bien voulu savoir comment tu as su qu'il cherchaient qqn? C une annonce interne?En tout cas, un tout grnad merci!

Et surtout plein de courage



Membre depuis le

Posté :

j'ai vu il y plus rien après 25 comme guide d'aide

Bonjour. Mon nom est David, j'ai 27 ans et j'ai perdu mon emplois, il y a 5 ans, j'ai postuler par tout, ont me répond négatif et sans réponse, pour passer le stress je suis des cours du soir en promotion social, j'ai vu il ont peur que je leur place de responsabilité
car j'ai un cv de 8 page, et certain personne qui travail qui voir ce je suis au chômage qui je doit rendre mon cv moi dymanique et j'ai vu il y plus rien après 25 comme guide d'aide pour les chômeurs



Membre depuis le

Posté :

un cv de 8 pages!!!

David, Merci pour ta réponse. Je suis tout de même étonnée que tu ais un cv de 8 pages à 22 ans (si je décompte tes 5 années sans emploi). Puis-je me permettre de te demander si ce n'est pas un peu prétentieux?
Lorsque je postule de manière spontanée, je dois avouer que je reçois tout de même souvent une réponse, certes négative... Mais si je compare avec mes recherches d'emploi datant des années 1990, je constate que beaucoup plus d'entreprises nous répondent. Mon interpretation à cela est qu'aujourd'hui, les employeurs , s'ils savent profiter du système savent aussi que beaucoup de chômeurs désirent REELLEMENT un emploi qu'ils ne sont pas en mesure de nous offrir. Je suis reconnaissante des employeurs qui me répondent. Cela me remonte un peu le moral, j'existe un peu... Bon courage. Accrochons-nous. ANtigone



Membre depuis le

Posté :

conseil recu

Antigone,

petit conseil que j'ai recu dans la cellule emploi de mon université: toute réponse écrite sera négative, les employeurs aujourd'hui se permettent de laisser agir la sélection naturelle (merci Darwin!!), en fait, lorsqu'ils ont besoin de qqn, ils ne mettent plus d'annonce, ils recoivent de toute facon des cv spontanés, ensuite, à ces candidatures, ils répondent que "malheureusement, aucun poste ne correspond actuellement à vos qualifications, nous ne manquerons pas toutefois de vous informer, ..." blablabla, en fait, il parait que 20% des réponses que tu recois sont une ouverture sur qqch, il convient alors (et j'avoue que je ne le fais pas moi-même... problème de confiance probablement) de rappeler chacune des personnes t'ayant répondu, afin de demander un rdv, mais attention, la encore, ce n'est pas si simple! dans ces coups de fil, il y aura bien sur des personnes qui n'ont vraimetn pas de boulot, et d'autre qui eux, sont intéressés par ton profil, la encore, il parait qu'ils font jouer la sélection naturelle, ils vont trouver des "excuses" pour le premier coup de fil "la personne n'est pas la", ou des trucs comme ca, ce sont des indices parait-il ... donc en gros, il faut pas lacher si qqch t'intéresse et que tu piffes des indices...

Donc, en résumé, sur les réponses écrites "négatives" que tu recois, 20% sont intéressées... il faut se battre...

Je trouve personnellement ces procédés choquants... logiques mais choquants... ou est la limite entre forcing et harcelement? Les grosses structures possèdent un service de recrutement... à quoi servent il. Si ce n'est pas à voir un max de candidat et décider lequel est le meilleur??? Enfin, il parait que nous n'avons pas la choix, que ceci est le monde actuel, nous sommes trop nombreux ( sans blague) et ce ne seront pas les plus compétents qui auront une place, non, non, ce seront les plus tenaces et les plus gonflés!!!!

Vive le marché de l'emploi!!



Membre depuis le

Posté :

Réponse à David

Bonjour David,

Je me permets de te donner un petit conseil: tu devrais faire attention à ton orthographe ! Cela peut être déterminant pour un employeur. Bien à toi.

Oli



Membre depuis le 26/02/2006
3 messages

Posté :

Coucou Michel, je retombe par hasard sur ton post qui date maintenant de plus d'un an et je me demandais ce que vous deveniez, toi et ta petite famille. A présent, je suis moi aussi au chômage depuis bientôt 5 mois et je ne suis pas fort optimiste pour la suite... Je te souhaite plein de courage, j'espère que tu seras averti de ce message et que tu le liras ! N'hésite pas à me contacter par email ou autre ! Gros bisous et courage !!!!

Alexandra Meert



Liège
homme

Membre depuis le 01/01/2016
7 messages

Posté :

Bonjour à vous toutes et tous,
je suis licencié en psychologie depuis 2000, et comme beaucoup d'entre vous, j'ai d'abord trouvé des occupations professionnelles peu sécurisantes dans l'enseignement.
J'ai eu mes expériences dans des milieux associatifs (éducation permanente et dernièrement l'aide à la jeunesse), et j'ai personnellement demandé à mettre fin à ce dernier contrat qui ne ressemblait plus à rien dans la démarche d'engagement d'un psychologue au sein d'une telle structure.
Je garde cependant une envie, que j'espère pouvoir concrétiser en projet viable : me faire valoir en freelance pour des consultations auprès d'un public restreint : les jeunes en situation de placement et leurs éducateurs et acteurs sociaux référents.
Je sais pertinemment bien que je ne vais pas devenir millionnaire en me fixant sur un tel public, mais je reste dans une conviction de me spécialiser, je dirais même me passionner sur une dimension précise dans mon métier. Ce que je désire aujourd'hui par dessus tout, c'est imposer la loi qui veut régir le métier de psychologue et surtout de la clinique, et la faire imposer à des "consommateurs" de psychologie pour des motifs de vitrine social, ou encore des incompétents et déconsidérants de ce métier.
J'ai en 2016 la fierté de vouloir me débarrasser d'employeurs imbéciles, de sortir de leurs organigrammes de merde, où le fait d'être au sommet leur donne l'impression d'être en droit de cracher sur les gens de la base, du terrain.
Mon dernier employeur et toute sa clique de sous-directeurs sont aujourd'hui tenus de se démerder pour trouver des psys, des thérapeutes qui leur claquent la porte aux nez, les entendant pleurer leur misère quand leurs bénéficiaires sont en besoin de suivis psys.
Je suis sadique dans ces propos, mais croyez bien que je fais la différence entre la souffrance humaine et la misère professionnelle. Je pense que nous devons tous nous accrocher à l'amour que nous portons à ce métier, car les besoins sont là existants.
Sans vouloir me faire corporatiste à outrance, je vous conseille tout de même à vous enregistrer comme de droit et d'obligation comme psychologues agréés (Commission des psychologues, fédération belge - quelques euros par an), et de combattre pour la ré-invention de l'activité professionnelle qui est celle des psychologues.Le 4 mars 2016, la commission des psychologues organise un colloque avec De Block en conférencière ou interlocutrice "majeure" : allons-y toutes et tous dire l'amour de notre métier et nos envies d'aider notre société !



Liège
homme

Membre depuis le 01/01/2016
7 messages

Posté :

La structure de certaines de mes phrases est assez approximative, mais j'ai difficile d'écrire dans de petits encarts.... Désolé.
Oui, être psychologue aujourd'hui en Belgique, c'est la galère, mais je réitère mes propos : ON A BESOIN DE NOUS, NOUS POUVONS DONC EXISTER !!
Sans tomber en faillite au bout de six mois, je dirais que mes prochains interlocuteurs privilégiés seront avant tout mon comptable et contrôleur fiscal .... Je vais les harceler !!



Liège
homme

Membre depuis le 01/01/2016
7 messages

Posté :

Ne pensez pas que Dieu vous parle ici, mais je me permets de poser ici mes convictions quant à la psychologie aujourd'hui, et je m'adresse notamment aux plus jeunes que moi, qui tentent de vivre de leur formation universitaire :
- espérer trouver un emploi salarié comme psy risque d'être dans les prochaines années très mince : la psychologie clinique devenant une optique de travail complémentaire au diplôme universitaire, nous aurons à exiger de nos employeurs et des structures sociales afférentes de soutenir nos formations professionnelles. Le cas échéant, ils devront trouver des cliniciens déjà certifiés comme tels, et je leur souhaite alors bonne chance pour leur recherche (ancienneté, notoriété et donc sollicitation d'une patientèle déjà acquise, exigences salariales et organisationnelles), tout cela risque d'amener ces employeurs à envisager des coopérations dites d'entreprise (freelance en projet avec le mandat social de l'institution employeuse). Ce seront donc plutôt des projets limités dans le temps et dans l'action (consultations, interventions, formations, etc) que nous devrons éclaircir et négocier avant toute signatures de contrat. Le processus pourra être fastidieux pour certains d'entre nous, mais donnera au moins l'avantage au psy de définir la pertinence de son action.
- Ne nous vendons pas pour n'importe quel travail; faisons avant tout ce qui nous plaît et se rapproche de nos capacités professionnelles acquises. Faisons-nous de l'expérience, construisons notre réseau socio-professionnel. Et acceptons nous sans honte aucune comme demandeur d'un emploi comme psychologue quand il le faut. Profitons de ce temps pour lire, profiter des conférences accessibles dans les thématiques qui nous plaisent, laissons parler nos potes au travail et qui peuvent en subir des désagréments, ...
C'est la crise dans le travail social, c'est donc aussi le temps de la créativité, de l'innovation, de l'affirmation de notre valeur professionnelle et sociale.
Qu'en dites-vous???



Membre depuis le 21/04/2017
27 messages

Posté :

On peut aller consulter un thérapeute pour des troubles d'ordre relationnel (difficultés sexuelles, conjugales, professionnelles) ou des symptômes nerveux gênants (insomnie, maux de tête ou de ventre, eczéma...).
Ou parce que l'on souffre, parce qu'on est malheureux, angoissé, dépendant des autres, ou simplement parce que l'on a l'impression de ne plus être acteur de sa vie.
Prenez contact : www.therapie-rhodesaintgenese.be


Page  02

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus