4
Imprimer      Envoyer à un ami     

Eclairez-moi! (à propos du métier de psy)



Membre depuis le 31/08/2006
38 messages

Posté :

Bonjour, je m'appelle Laura, je viens de Liègeet j'ai 17ans. Je suis actuellement étudiande à l'école normale en institutrice primaire. J'ai longuement hésité à me lancer dans cette voie et j'avoue l'avoir fait à la dernière minute. Malheureusement, depuis le début de l'année j'ai de gros doutes sur ce choix d'études, j'ai d'abord voulu faire des études en psychologies mais j'ai vite été découragée par les études, pas les débouchés et pour la difficulté du métier. Aujourd'hui je suis complètement perdue et cherche des conseils pour m'éclairer. Les études d'instit' ne me déplaisent pas mais j'avoue que je ne suis pas folle de joie à l'idée de devenir institutrice. J'ai besoin de voir des personnes différentes tous les jours, de bouger tous les jours et de ne pas rester à la même place pendant toute ma vie. Voilà pourquoi j'hésite à poursuivre ces études. J'aimerai l'avis de personnes dans mon cas ou de personnes qui font des études de psychologie. Merci d'avance clien d´œil



Membre depuis le 22/06/2006
258 messages

Posté :

Bonjour,

Il est vrai que c'est long, difficile durant les études comme par après, et qu'il faut une fameuse motivation pour trouver du travail, comme pour exercer par après. Cependant, je parle de psychologie clinique (ce qui est le plus connu, la "relation d'aide", la santé mentale, etc...), mais il existe d'autres branches: la recherche, la psychologie du travail, etc... Pour t'éclaircir les idées, tu peux contacter le SIEP de ta ville (orientation professionnelle): il y a peut etre des professions auxquelles tu ne penses pas, ou dont tu n'as pas une vision exacte.

Bien à toi



Membre depuis le 20/02/2006
142 messages

Posté :

Je suis d'accord avec Viviane... La psycho, tu as qd meme peu de chances de bosser un jour, du moins en clinique. En psycho du travail, c'est plus ouvert. La recherche, faut vraiment etre doué et les places sont cheres clin d´œil.

Peut etre en effet qu'il y a d'autres métiers qui te correspondent et qui en plus offrent plus de possibilités sur le marché de l'emploi. Il y a aussi a l'ulg une cellule d'orientation d'etudes, pour t'aider a te diriger vers qq chose qui te correspond.



Liège
femme

Membre depuis le 20/02/2006
1234 messages

Posté :

Bonjour Laura,

Ayant une fille de ton âge, j'aurais envie d'avoir un avis un peu différents des deux précédants. Si tu es vraiment motivée, pourquoi pas ?

De toute manière, presque toutes les formations sociales sont bouchées. Il n'y en a pas vraiment un diplôme qui garantit un emploi à part pour les instituteurs peut-être...

Et une licence ou un graduat, te permettra au pire de postuler dans la fonction publique.

De plus, nous sommes dans une époque où la mobilité professionnelle est importante et où il est nécessaire quel que soit le diplôme que l'on posséde de devoir reprendre des formations diverses pour s'adapter au marché de l'emploi.


A savoir que les débouchés et le travail pour des études d'institutrice sont claires (un groupes d'enfants à qui ils faut apprendre des choses).

Alors que pour la psychologie, plusieurs voies s'ouvrent à toi. Peut-être peux tu jeter un coup d'oeil dans les rayons psycho des librairies pour voir si ce sont des matières qui te touchent, des approches qui te parlent: la guidance parentale, les thérapies systémiques, analytiques, comportementales, le travail dans les prisons, les handicaps, l'autisme, la pathologies mentales, le suivi des travailleurs en intérim ou au forem,ect, ect

Maintenant, ce qui me laisse plus perplexe est ton désir de bouger. Je ne suis pas sûr que si c'est pour bouger, la psychologie soit la meilleur voie: assistante sociale, educateur, la psychomotricité ou la communication me semble plus adéquat.

Bon choix!


Psychomotricité, Autisme et Psychose chez l'enfant.
Soins précoces et prévention. Quelle pratique pour le psychomotricien ?
Liège, le 26 Avril 2013
www.airelibreasbl.be



Hainaut

Membre depuis le 22/06/2006
258 messages

Posté :

Petite précision, il est vrai qu'il est difficile de trouver des places de psy, mais parce qu'on n'en ouvre pas suffisamment. Je peux te dire que je travaille notamment ds le privé, et que comme plusieurs collègues, mes journées sont longues.

De la demande, il y en a (centres et psy débordés...), des postes ouverts en conséquence, bcp moins...


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus