7
Imprimer      Envoyer à un ami     

Eviter l'infantilisation des personnes handicapées mentales adultes



femme 37 ans

Membre depuis le 16/01/2009
6 messages

Posté :

Bonjour à tous sourire ,

J'effectue mon stage dans un centre de jour et d'hébergement pour personnes handicapées mentales adultes. Ces personnes ont entre 20 et 60 ans.

En ayant vu la façon dont les éducateurs peuvent parfois s'adresser aux résidents, en voyant les différentes activités proposées à ce public (visite du père noël, de saint Nicolas, concours du plus beau chapeau...) et même si parfois leurs interventions paraissent plus justes et appropriées... Dans le cas où ils s'adressent à eux en les infantilisant, je me demandais si il y avait des ouvrages, des courants, des pensées, des conseils... Enfin, tous ce qui pourrait servir et être utile à un éducateur pour éviter d'avoir des comportements infantilisants, qui ne tiendraient donc pas compte du potentiel de la personne handicapée ou qui n’aideraient tout simplement pas à le développer en la considérant et la traitant comme un enfant.

Pouvez-vous donc m’apportez quelques renseignements à ce sujet? Comment se comporter de façon appropriée avec ce public? Afin de développer les capacités d’autonomies, de responsabilisations, ou simplement la traitée de manière adéquate afin qu’elle puisse être épanouie.

En espérant avoir des réponses, je vous remercie d’avance pour m’avoir au moins lue ^^ clien d´œil



homme 66 ans

Membre depuis le 13/12/2007
297 messages

Posté :

Il s'agit de la problématique de la "normalisation". On peut en trouver quelques principes sur le site internet de l'afrahm... http://www.afrahm.be/

Ce n'est pas toujours facile en fait de trouver quelque chose à leur niveau qui puisse être socialement plus adapté...



Namur
femme

Membre depuis le 25/03/2008
68 messages

Posté :

Je crois que le plus important est de ne pas oublier qu'il s'agit de personnes à part entière, comme chacun de nous. Certes, elles possèdent des limites, mais elles ont beaucoup de potentiel aussi que l'on a tendance à ignorer ou que l'on ne valorise pas assez. Les personnes qui infantilisent les personnes porteuses d'un handicap, manquent de respect envers ces dernières.

L'important est d'établir une relation d'égal à égal (au niveau humain)le plus possible. Le moins d'assistance possible mais de les accompagner dans leur autonomie ou leurs capacités.

Par exemple, dans ma pratique, je ne tutoie jamais un adulte porteur d'un handicap. Puisque je ne le fais pas avec d'autres adultes sans handicap dans la rue ou ailleurs, pourquoi le ferais-je avec un adulte sous seul prétexte qu'il possède un handicap mental et/ou physique ?

Les activités telles que visite du Père Noël etc sont très appréciées car divertissantes et il y un côté "magique" pour les personnes handicapées. Toutefois, l'encadrement et la façon dont on s'adresse à eux, comment on les rend acteurs de ces activités, prennent, selon moi, une place primordiale .

Enfin,mon expérience m'a permis de comprendre que les personnes porteuses d'une déficience intellectuelle sont souvent blessées à ce niveau (manque de respect, paroles blessantes ou infantilisantes utilisées par les équipes) mais elles n'osent pas l'exprimer car rares sont les éducateurs et autres membres de l'équipe qui sont vraiment à leur écoute et qui sont dans une relation d'être humain à être humain, dans le respect des limites et capacités de chacun.



femme 37 ans

Membre depuis le 16/01/2009
6 messages

Posté :

Coucou,
Merci a Philippe S. pour cette info ^^ Je m'en vais voir tout de suite ce que je peux trouver8

Isab, je pense exactement la meme chose que toi. Meme si sur le lieu de mon stage ce sont des handicapés mentaux severes, je pense qu'ils doivent ressentir qu'on ne les traite pas d'égal a égal. Meme si ils ne savent l'exprimer, c'est sur qu'ils doivent le ressentir...





chimay

Membre depuis le 25/09/2006
374 messages

Posté :

bonjour,

une réflexion sur le tutoiement...

A lire les commentaires précédents, les "tutoyeurs" pourraient tous passer pour des coupables!!
Dire que le tutoiement est nécessairement irrespectueux est, je crois vraiment, une fuite... Le tutoiement, ce n'est pas nécesairement des commentaires du genre: "alors bobonne, t'as encore fait, aujourd'hui?" Cela peut-être au contraire fort riche d'empathie (et pas de sympathie!)
En effet, entre collègues, face aux résidents, on se tutoie bien! Et nos résidents, nous vivons avec pd bien des années, plus parfois que des colègues qui s'en vont travailler ailleurs (!) et nous ne devrions pas être proches de nos résidents??? Cà ne veut pas dire que pour certains résidents, on n'en rete pas au vouvoiement d'ailleurs!
C'est une question de proximité. Voilà pourquoi je parle de fuite,ci-dessus: le non-respect peut aussi se produire quand on veut absolument garder une frontière pour ne pas s'impliquer émotionnellement. Et çà, avec de telles personnes, çà peut être vite du non respect! Attention ne me faîtes pas dire ce que je n'ai pas dit: s'impliquer émotionnellement, çà ne veut pas dire ne pas garder une distance professionnelle, évidemment.

JJ



Namur
femme

Membre depuis le 25/03/2008
68 messages

Posté :

Jean-Jacques,
Juste pour vous répondre en deux mots.
Je parlais de ma pratique personnelle en tant que thérapeute accompagnant des personnes déficientes intellectuelles en thérapie de soutien, dans un contexte hors-institution. Je ne parlais pas du tutoiement en institution ou autres lieux de vie.
Pour ma part, le tutoitement n'est pas synonyme de manque de respect, ni d'implication émotionnelle excessive.



chimay

Membre depuis le 25/09/2006
374 messages

Posté :

OK Isab...
mais personne ne peut deviner à ton texte que tu donnes un avis en tant thérapeute privé...

JJ



femme 37 ans

Membre depuis le 16/01/2009
6 messages

Posté :

Je réagis suite aux deux posts.

C'est vrai, ce n'etait pas précisé de la par de Isab mais je l'ai compris directement dans le sens ou on ne cotoie pas la personne régulièrement. Surement car par la suite elle dit "Puisque je ne le fais pas avec d'autres adultes sans handicap dans la rue ou ailleurs" j'en ai déduis directement quelqu'un qu'on ne fréquente pas, ou pas souvent, qui nous est peut etre meme inconnu et que donc, que la personne soit handicapée ou non, le respect est le meme.

Mais sinon c'est sur que le tutoiement en institution est dans un contexte différent et est tres bien expliqué par Jean Jacques. On s'adresse pas a des "potes" ou a des moins que rien mais a force et comme avec n'importe quelle personne qu'on fréquente souvent, des liens peuvent se créer et une relation s'instaurer dela on passe au "tu" avec le meme respect que sous entend le "vous" si on peut dire ca ainsi sourire

Bonne soirée à tous!


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus