5
Imprimer      Envoyer à un ami     

Je craque!



Membre depuis le 18/03/2007
2 messages

Posté :

il fut un temps où j'étais une bonne éducatrice, passionnée par mon travail. Je ne pouvais pas comprendre ces gens qui passent 8 heures par jour dans un bureau. Moi, j'avais un métier génial et j'en apprenais chaque jour un peu plus.
Aujourd'hui, je suis épuisée. Je vis un enfer et je le fais vivre à mon entourage. Je pleure chaque jour et surtout lorsque je sais que le moment de retourner travailler approche. J'angoisse à l'idée d'aller là-bas. Je sais que ca va mal se passer et évidemment, ca se passe toujours mal. Je passe mon temps à fuir les situations difficiles et elles ne font que me rattrapper encore plus vite. J'en ai marre de tout ce stress, de m'en prendre plein la gueule par des gosses pcq evidemment ils sentent que je suis fragile. Pourtant, je n'étais pas comme ca avant!
Je suis trop fatiguée de travailler les jours, les nuits, les soirées, les wk.
Je me demande s'il n'est pas temps pour moi de changer de métier...
Reprendre une formation...
Mais comment?
Comment reprendre une formation avec un tel horaire de dingue?
Comment abandonner un travail pour me former? Et vivre de quoi, alors?
Le chômage pendant 3ans, c'est l'accumulation de dettes assurée
Comment faire.... Je craque!



Liège
femme

Membre depuis le 20/02/2006
1234 messages

Posté :

Bonjour Dilem,

Vous avez le droit de craquer surtout que le métier d'éducateur n'est pas un métier de tout repos.

Et si, vous en preniez un peu, de repos justement, le temps de mettre toutes vos idées bien à plat. Allez travailler avec l'angoisse qui vous tenaille n'est bon pour personne. Ni pour vous, ni pour ces enfants dont vous vous occupez.

Et puis, prenez peut-être le temps de parler de votre mal-aise avec une amie, un collègue ou un autre professionnel. Apprenez à dire non aussi. Beaucoup d'éduc ont tendance à accepter un maximum de tâches parce qu'ils savent que la leur est écrasante et plus que nécessaire...et puis, ils se retrouvent débordés.

Prenez le temps de vous arreter sur vous, de penser à vous. Un bon bouquin, une ballade avec votre famille, ect

Et, puis, vous verrez si il est vraiment nécessaire de changer de voie. Vous auriez peut-être droit au congé éducation, vous pourriez peut-être aussi éplucher les petites annonces (Guide Social, Selor, ect). Qu'est ce que vous aimeriez faire d'autre ? en avez-vous déja une petite idée ?

Faites très attention à vous et prenez bien soin de vous, c'est le meilleur service que vous pouvez vous rendre et rendre aux autres.


Courage clin d´œil


Psychomotricité, Autisme et Psychose chez l'enfant.
Soins précoces et prévention. Quelle pratique pour le psychomotricien ?
Liège, le 26 Avril 2013
www.airelibreasbl.be



Membre depuis le 19/03/2007
12 messages

Posté :

Bonjour...

Je comprends votre "désespoir" et vos craintes...
Il est vrai qu'entreprendre une formation alors qu'on a déjà une vie toute organisée n'est pas évident.
Mais une des raisons pour lesquelles j'adore le boulot d'éduc, c'est que le secteur est vaste!
Si vous en avez assez de ces mômes qui vous font tourner en bourrique, pourquoi ne pas tenter tout autre chose? Le handicap, les écoles de devoirs, des animations pour personnes agées, cliniclown etc...
Il est vrai que ces quelques secteurs recherchent bcp de bénévoles, mais ils ne sont qu'une partie de toutes les possibilités existantes! Pourquoi ne pas prendre quelques semaines de congé afin de faire le point? ( votre médecin sera certainement compréhensif) et en profiter pour vous renseigner sur toutes les possibilités de bosser comme éduc?
Et biensûr, pour vous permettre de souffler un bon coup...
Je suis certaine que vous adorez votre boulot, que c'est juste le contexte dans lequel vous l'exercez qui ne vous convient plus...

Bien à vous.

Luna



Membre depuis le 18/03/2007
2 messages

Posté :

Bonsoir et merci pour vos réponses

Je ne pense pas que mon probleme soit une question de secteur car j'en ai déjà parcouru pas mal (aide à la jeunesse, handicap, maladie mentale, ...). Il y a aussi pas mal d'endroit où je refuserais de travailler car ils sont bien trop à l'opposé de mes valeurs. Je ne supporte pas les mouroirs, les endroits où l'on pense faire du bon travail lorsqu'on a fini un joli bricolage, ...
Je pense simplement que pour le moment (et pour un bon bout de temps), je n'ai plus la force de travailler comme éducatrice telle que j'entends qu'une éducatrice doit travailler. Bref, il est temps pour moi de faire une pause et d'aller voir ailleurs, dans un tout autre métier. Je pense d'ailleurs que je vais reprendre un graduat en comptabilité. du moins, c'est ce que je voudrais faire mais pour cela, il faudrait que j'aie les moyens de le faire càd que je trouve un autre travail de jour (style horaire 8-17h car les cours se donnent le soir) et ca c'est toujours le gros probleme. Au chomage, pas les moyens de reprendre une formation et avec un travail d'éduc type "hébergement" pas la possibilité d'organiser les horaires pour pouvoir suivre la formation. Où alors avec un mi-temps, ca serait encore possible...
Bref, je pars à nouveau vers l'inconnue et j'espère que je ne mettrais pas encore 5 ans avant de pouvoir commencer ma formation.



Membre depuis le 25/03/2006
8 messages

Posté :

Bonjour Dilem,
Ne pourriez-vous pas bénéficier de congés-éducation ? Je vous conseille de vous renseigner auprès de votre employeur et/ou de votre syndicat (si vous êtes "syndiquée") Autre filon le service du Forem "Carrefour Formation" est un service qui reçoit toutes les formations données sur le territoire wallon. Ca vaudrait peut-être le coup de vous y rendre...Bonne chance pour la suite



Membre depuis le 19/10/2006
187 messages

Posté :

Bonjour,

Je comprends ton desarroi. Ce n'est pas facile tous les jours. J'espere que tu es en ce moment sous certificat médical car d'apres ce que tu ecris tu en as vraiment BESOIN.
Pour reprendre tes études, je te conseille aussi de te renseigner sur les credit-temps. Financièrement, cela sera davantage tenable je crois (surtout si par chance, tu obtiens un horaire mi-temps dans lequel tu conserves assez d'heures de nuit,... vive les primes). Tu pourrais ainsi travailler à mi-temps tout en touchant un revenu de remplacement (pas énorme mais non négligeable). Autre avantage de cette formule, ton emploi à temps plein est garanti, donc si tu décides de changer d'avis, tu peux retrouver ton emploi à temps plein.


Et puis, sans vouloir banaliser ton mal-être actuel, j'voudrais juste ajouter que tes propos me sont familiers, ce sont des phrases que j'ai déjà prononcées et que j'ai déjà entendues de la part de nombreux collègues. Mais d'une manière ou d'une autre, le moral a toujours fini par revenir. En ce qui concerne les autres secteurs, j'pense quand meme que tu devrais y jeter un oeil d'une manière plus sereine. Tous les endroits qui accueillent des personnes agées ne sont pas des mourroirs ou des realisations de bricolages "stupides" (les guillemets sont importants), et pourquoi? Car justement, il y a des endroits où les gens pensent comme toi clien d´œil.

Je travaille aussi dans l'hébergement (soirée, nuit et WE) et c'est vrai que suivre des cours n'est pas aisé que ce soit en horaire de jour ou à horaire décalé. Je reprends une formation en septembre et je mise sur le congé éducation ou le credit temps (mi-temps).

Je te souhaite sincerement bonne chance et bon courage clien d´œil


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus