5
Imprimer      Envoyer à un ami     

Les retards de langage chez les bébés



Membre depuis le 26/01/2006
194 messages

Posté :

Au moins 4 à 6 mots à 15 mois. Au moins quelques phrases associant un sujet, un verbe, un complément et l’usage du « je » à 30 mois. Telle est la théorie. En pratique, de nombreux jeunes enfants sont à la traîne… Pourquoi ? Comment intervenir ? L’ONE a lancé une vraie recherche-action.

Quel est votre avis concernant notre dossier de la semaine?



Liège
femme 30 ans

Membre depuis le 25/03/2010
25 messages

Posté :

Certains enfants investissent plus d'abord le coté moteur puis passeront vers le langage à leur rythme. D'autres enfants ne sont presque pas stimulés...on ne leur parle pas... Problème d'audition...Tant de raisons différentes... Maintenant, je pense qu'il ne faut pas stigmatiser un enfant en "retard" par rapport à un âge particulier...tout en gardant un équilibre où on ne laisse pas un enfant en difficulté, sans aide de professionnel...pas facile tout ca sourire

Psychologue et psychomotricienne



Membre depuis le 26/01/2006
194 messages

Posté :

Commentaire de Sara R., logopède:

Se limiter à l’aspect articulatoire et productif à cet âge me semble réducteur. Une anamnèse détaillée pourra permettre de voir l’enfant dans sa globalité car il ne faut pas se limiter à un symptôme isolé.

Beaucoup de parents s’inquiètent lorsque leur enfant de 18 mois ne parle pas. Or, la production orale n’est qu’une partie de l’iceberg dans la construction du langage qui se construit autour de deux axes : la compréhension et l’expression. Ce n’est pas parce qu’un enfant ne parle pas qu’il ne communique pas. Au contraire, un enfant qui joue au jeu symbolique construit déjà son langage.

Très tôt, le jeune enfant construit, développe et structure son langage tout en jouant et en manipulant des objets, des jouets ou des livres. Il élabore en pensée des verbes, des structures de phrases, développe son vocabulaire. Ensuite, il pourra exprimer sa pensée au moyen du langage verbal. Lorsque nous réalisons un bilan logopédique, nous analysons 4 domaines du langage : la phonologie (qui traite de l’organisation des sons de la langue), le lexique (le développement du vocabulaire), la syntaxe (la structuration des phrases) et la pragmatique (qui régit les interactions sociales). Pour chaque domaine, nous testons l’expression et la compréhension. Un décalage par rapport à la norme en compréhension est plus révélateur qu’un retard en expression. Si le niveau de compréhension morpho-syntaxique ou lexical du jeune enfant présente un retard par rapport à la moyenne, il ne pourra pas les développer en expression.

Par contre, il est intéressant de s’assurer que d’un point-de-vue anatomique tout fonctionne : il y a-t-il des malformations bucco-faciales, des troubles auditifs (otites, bouchons, déficience auditive). L’enfant pointe-t-il du doigt? Est-ce qu’il comprend ? Le babillage est-il pauvre ? S’essaie-t-il au langage, à la production de mots ? Le « faire semblant » et la communication non verbale sont primordiaux à cet âge. Nous conseillons souvent aux parents de très jeunes enfants de mettre en place des séances de psychomotricité relationnelle avant de débuter une rééducation logopédique. Bref, contrairement à ce que beaucoup de parents pensent, le langage ne se limite pas à l’articulation et la production. D’ailleurs un retard de parole (à distinguer du retard de langage), qui affecte l’articulation des sons, ne peut se rééduquer qu’à partir de 5 ans. (sigmatisme).

Je conseille toutefois aux parents d’éviter la tétine et le biberon au-delà de 3 ans, de stimuler l’enfant au travers des jeux symboliques (playmobile, cuisine, le marchand, le docteur, etc,…) et d’enrichir le vocabulaire par la lecture d’imagiers et de livres. Le langage doit rester un plaisir avant tout !



La Hulpe

Membre depuis le 20/01/2014
1 message

Posté :

Comme toutes les étapes d’apprentissage du jeune enfant,l’acquisition du langage reste un acquis très individuel. Le seuil de “18 mois” a été choisi arbitrairement comme un repère pour l’expression de 6 mots.
Une série de questions font directement surface: Comment se fait la récolte des données qui concluent au constat nommé ci-dessous “ 50% des enfants de 18 mois disent moins de 6 mots” ? Qui a déterminé qu’en disant moins de 6 mots à 18 mois, il fallait parler de “retard” ?
A ma connaissance, ces données émanent (en tout cas, notamment) de bilans de santé définis par l’ONE à 18 mois; un bilan est aussi fait à 9 mois et 36 mois.Il s’agit de questionnaireS qui sont remplis dans les consultations ONE, et donc, aussi lors des consultations ONE en crèche.
Je fais moi-même ces bilans et je constate que la réponse à la question : “combien de mots l’enfant peut-il prononcer dans sa langue maternelle : zéro? entre 3 et 5? 6 et > ? ou “inconnu”” est bien souvent difficile à donner avec précision. A ce stade de 18 mois, la communication avec l’enfant (et le langage n’est qu’un des moyens de communication dont l’être humain dispose) est multiple; il se fait comprendre par son corps, sa voix et prononce quelques sons, parfois identifiables comme des mots dits “correctement”. L’enfant en collectivité utilise des canaux de communication qui lui permette de s’accorder à cette vie collective. Les mots, entre enfants de 18 mois, ne sont que très rarement utilisés. C’est avec l’adulte qu’il va tenter de répéter ce qu’il entend, soit par jeu, soit par nécessité.
Ce que je constate aussi fréquemment, c’est que l’enfant prononce peu de mots à la crèche, et plus de mots à la maison.
Autre “périphénomène”, lorsqu’on pose la question aux parents: “combien de mots prononce votre enfant?”, la réponse est biaisée par la tendance à croire qu’on va évaluer leur enfant, et donc, ils ne répondent pas vraiment correctement > ils sur-évaluent.
Quand il s’agit d’enfant dont la langue maternelle est autre que celle du milieu d’accueil, la réponse est aussi souvent peu fiable, car ce "comptage de mot" n'est pas toujours compris par le parent qui est mis en difficulté pour répondre.Voilà donc beaucoup d’éléments contextuels qui obligent à modérer les élans alarmistes quant au “retard de langage” des enfants de 18 mois.
Joëlle Hubert



Laeken
femme 44 ans

Membre depuis le 13/09/2012
1 message

Posté :

Un outil pour aider les enfants à commencer à communiquer et puis parler, ce sont les signes pour les bébés.
Regardez et partagez cette vidéo présentation du programme leader mondial des signes pour bébés:
http://www.youtube.com/watch?v=6ycEiMa6YAo
Visitez le site web: www.babysignsbelgium.com ou la page FB: www.facebook.com/BabySignsBelgium

Merci de me contacter également via: lepa@babysignsbelgium.com ou +32(0)472/395-601


L. TODOROVA



femme

Membre depuis le 21/05/2014
7 messages

Posté :

Bonjour à toutes,
Actuellement , je suis en train de préparer mon mémoire de fin d'étude, et je travaille sur le retard de langage chez les jeunes enfants de 2 ans . Pourriez-vous me donner des pistes (sites internet, noms de brochures/livres ,...) Et y'a t-il des associations dans Bruxelles pour les enfants qui ont un retard de langage (surtout les enfants en bas-âge de 2 ans ou 2 ans et demi) avant l'entrée à l'école maternelle

Pourriez-vous me répondre et en retour en cas de question , si je sais vous répondre , je vous répondrais à mon tour

Nadia


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus