27
Imprimer      Envoyer à un ami     

Rique d'être sanctionnée pour avoir fait mon devoir, besoin d'aide!!!

Page 01  03



Membre depuis le 08/10/2010
16 messages

Posté :

Bonsoir à tous,

je me suis inscrite sur ce forum car je suis Educatrice et que ce que je vis est tellement grave et surréaliste, que j'ai besoin d'en parler et de solliciter l'avis de professionnels dans l'anonymat...

Essayons d'être bref et le plus général possible, pour le respect de tous...

Le contexte:

Je suis éducatrice spécialisée, je travaille dans un foyer pour personne handicapées quelque part en belgique. Les résidents sont d'origines françaises, le foyer se compose d'appartements supervisés sous forme de Buldings, appartements de 2 à 4 personnes. La population est composée de personnes légèrements handicapées dont certaines pourraient vivres seules, car ce sont d'anciens alcooliques, toxicos, dépressifs, et d'autre part de personnes beaucoup plus lourdements handicapées nécéssitant une surveillance, du type autistes, psychoses infantiles profondes, ...foyer mixte, établissement non agréé Awiph. Je suis en CDD.

Les faits:

J'y ai dénoncé des faits grâves s'y étant passés: le viol de résidentes plus fragiles par des résidents "plus forts".

Les faits étaient avérés: formalisation des victimes, prise de notes au niveau du cahier de communication, information à la direction. Au niveau de la direction, pas grand chose n'a été fait: parents non prévenus, très peu de mesures de protection des victimes, peu de sanctions au niveau des agresseurs. mon seul regret avec le recul, ne pas avoir emmenés moi-même les victimes à la police lorcsque cela s'est passé: méconnaissance du système (police française ou belge?), peur pour mon emploi (je sais c'est égoïste), confiance en ma direction, et surtout je n'étais pas la référente de ces jeunes filles.

J'ai prévenu l'Awiph, qui est intervenue, à mis en lumière, outre ces faits, des disfonctionnements inadmissible, et a déposé plainte au parquet.

Depuis, c'est l'enfer: insultes (toujour très subtiles) de collègues via les réseaux sociaux car ils ont peur que l'établissement ferme et pourraient perdre leur place, tous me pointent du doigt, moi et un autre collègue (qui n'y est pour rien).

Pourquoi est ce que j'ai "foutu la merde"?
Par ce que veux encore pouvoir me regarder dans le miroir sans avoir honte, c'est une question d'éthique professionnelle, dans le cas contraire, je suis coupable du silence, par ce que ces personnes ont subi un préjudice et ne sont pas en sécurité, par ce que ce sont les enfants de quelqu'un et que l'on est censé les protéger.

Les conséquences:
l'administratrice, qui est aussi directrice du personnel met la pression à tout le monde (la pluspart sont encore en CDD) en disant que son établissement va fermer, qu'elle veut savoir qui a parlé, réussi à se faire passer pour la victime et retourne la situation à son avantage...
mon avocat dit que je risque qu'une rupture de contrat pour faute grave, donc pas droit au chomage, j'ai des enfants et une maison à payer. j'ai également peur (égoïstement) que cela porte préjudice à la suite de ma carrière, d'être cataloguée d'"emmerdeuse d'employeurs".

je me sens seule et démunie, chaque jour qui passe m'apporte son lot de déceptions vis-à-vis des collègues et de leurs réactions. J'envisage de me faire suivre par un psy (un comble, ce n'est pas moi la victime), car j'ai du mal à supporter cette pression.

Je réagirais à vos réactions car je ne suis pas du genre à jeter une bouteille à la mer et à me taire ensuite.



chimay

Membre depuis le 25/09/2006
374 messages

Posté :

bonjour,
si c'est une boîte non agréée par l'awiph, et que cette dernière a déposé plainte, çà risque, de fait, d'aller loin... Mais Si les faits décrits sont comme tu le décris, c'est inadmissible! Tout comme une directrice du personnel qui est aussi administratrice! Maintenant, je ne comprends pas pq une faute grave? Il y a t-il un syndicat dans ta boîte? es-tu syndiquée?
Et puis, si tu es CDD, de toute façon, ton emploi est largement précaire, même sans cette affaire...
Je crois qu'il faudrait penser à chercher un autre boulot dans une institution agréée awiph, quant à ta réputation, si tu joues franc jeu face à un employeur potentiel en disant même d'où tu pars, çà ne devrait pas être un problème...!

JJ



Liège
femme

Membre depuis le 20/02/2006
1234 messages

Posté :

Change d'avocat !


Il me semble que l'onem peut entendre de tels arguments sans crier à la faute grave.
Le viol est puni par la loi. D'autant plus, on va l'espérer chez des jeunes handicapés. Ne pas intervenir, c'est de la non-assistance à personne en danger !


Psychomotricité, Autisme et Psychose chez l'enfant.
Soins précoces et prévention. Quelle pratique pour le psychomotricien ?
Liège, le 26 Avril 2013
www.airelibreasbl.be



Liège
femme

Membre depuis le 20/02/2006
1234 messages

Posté :

Une administratrice peut être directrice du personnel dans une asbl ... ?
Hum...
Ce n'est pas vraiment interdit mais ce n'est pas très sain... (elle va avoir les lois sociales sur le dos en plus )

Bref !

Ouf, il y a encore des travailleurs dans le social qui ont une certaine éthique ! clin d´œil

Bravo à vous pour votre coup d'éclat !


Psychomotricité, Autisme et Psychose chez l'enfant.
Soins précoces et prévention. Quelle pratique pour le psychomotricien ?
Liège, le 26 Avril 2013
www.airelibreasbl.be



Membre depuis le 01/08/2008
269 messages

Posté :

Un licenciement pour faute grave ne peut plus être donné lorsque les faits, qui pourraient le justifier, sont connus depuis au moins 3 jours ouvrables.
Le CA de ton asbl ne pourraient donc plus te licencier pour faute grave pour ce motif. Cela dit, j'imagine mal un tribunal acceptant ce motif de faute grave. Maintenant, ils font effectivement tout faire pour te virer pour faute grave pour la moindre petite erreur.
Bravo pour ton courage !!!



Membre depuis le 08/10/2010
16 messages

Posté :

La boite n'est pas syndiquée. Je suis la 20ème ou la 25ème personne dont le contrat n'est pas renouvelé en à peine 3 ans d'existence...Je suis en arrêt pour dépression jusqu'à ma fin de contrat, bientôt. Cette administratrice a appris de la bouche d'une employée que c'était moi qui les avaient prévenus (bien entendu, je n'ai rien dit de tel à cette personne). je m'attend donc à recevoir un recommandé pour mardi ou mercredi. Je pense aller voir un représentant de l'onem avant pour lui raconter cette histoire, mais je ne sais pas si c'est une bonne solution.

Cette administratrice a réussi à monter l'ensemble du personnel contre moi: + ou - 30 personnes en utilisant l'argument: "elle veut faire couler la boite et votre emploi". Le pire, c'est que ces gens étaient les premiers à mettre en lumière les disfonctionnements graves et illogiques de l'institution, à critiquer cette administratrice pour son attitude malsaine et à condammner ces viols. J'imagine que leur silence sera mis en cause...
Je pense que c'est dans la nature humaine de tirer sur tout ce qui bouge quand on se sent menacé dans son petit confort d'emploi personnel...
je n'ai pas donné un coup dans la fourmilière pour la détruire (si j'avais voulu faire cela j'aurais plutôt contacté TF1, Le Parisien, et certains Députés Français...). Je souhaite juste que l'on puisse proposer à ces gens de vivre dans un cadre sécurisé où ne règne pas la loi de la jungle, qu'il puisse bénéficier de projets individuels et s'épanouir dans leur vie. J'aurais aimé que ces administrateurs se remettent en question ou se mettent en retrait.
Le stress et la pression qui m'explosent à la figure sont très durs à gérer. Je compte me faire suivre par un psy dès la semaine prochaine.



liège
femme 38 ans

Membre depuis le 12/04/2007
10 messages

Posté :

Bonjour, je suis assistante en psychologie de formation, et je t'encourage à défendre tes droits! Le viol est punissable par la loi, et ne pas le faire savoir serait quelque chose de grave déontologiquement et légalement!

S'ils ont si peur que ça se sache, c'est parce qu'ils savent qu'il y a des choses qui clochent!!! bon courage



chimay

Membre depuis le 25/09/2006
374 messages

Posté :

Bonjour,

Et en contactant le P.O. de cette boîte?
il y a pas moyen de mettre la pression?
Par ailleurs, prévenir la presse française pour cette maison belge qui accueille des français n'est pas une mauvaise idée, mais les médias belges pourraient aussi s'en mèler, pourquoi pas?

bon courage

JJ



Membre depuis le 08/10/2010
16 messages

Posté :

Bonjour Jean-Jacques,

il n'y a pas de PO, juste un conseil d'administration (mari et femme) dont cette directrice du personnel fait partie, un directeur (qui a été mis à l'écart dont le diplôme est là pour faire joli), puis un chef de service et les éducs.

J'ai pensé à contacter la presse française, mais j'ai vraiment peur d'exposer les résidents et surtout ces jeunes femmes à des choses qui les dépassent et qu'elle n'ont pas demandées. J'ai aussi peur qu'on les renvoie illico en psychiatrie (où ce n'est pas toujours la joie non plus).

Serais-ce bien raisonnable?



Gouy Lez Pieton
femme 40 ans

Membre depuis le 24/09/2010
3 messages

Posté :

c'est vrai que le choix n'est pas évident. Je suis étudiante en art hospitalier et éthiquement, c'est pas facile, exposer ces femmes qui n'ont rien demandés mais les protéger en meme temps? Exposer les faits de cette maison de repos ou se taire?

Soit tu fais le choix de ne rien dire et les résidentes vont encore subir, soit le choix de meler la presse, les résidentes pourront demander l'anonymat (nom d'empreint, visages cachés) et arreter toute cette torture...

Bon courage à toi, des gens comme toi qui se posent des questions, il n'y en a pas beaucoup...

Bonne journée


Page 01  03

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus