2
Imprimer      Envoyer à un ami     

travail d'appoint



Membre depuis le

Posté :

bonjour a tous,
la société fait des exclus en tout genre sans respecter la liberté des personnes.
constat: lorsqu' on est chomeur ou cpas et que le marché de l'emploi ne veux plus nous embaucher, ils nous restent la solution de s'en sortir par soi meme, mais comment faire alors que nous sommes au seuil de la précarité ( chose que l'état sait bien) nous ne pouvons pas prendre trop de risques financiers pour démarrer une petite activité en règle fiscalement, avec en plus la mention que la demande d'un registre de commerce nous ejectent du système social.
nous n' avons donc aucune alternative que de se mettre dans l'illégalité , a croire que c'est ce que recherche notre gouvernement et ainsi avoir le baton pret a frapper.

j' en appel a tous pour faire par ce site une pétition demandant une ouverture légale a la possibilité de remise en activité progressive des usagers des services d'aide et de chomage, sans la perte du soutien des allocations, et cela pour le temps necessaire a complète autonomie financière
marc



Membre depuis le 01/03/2006
2 messages

Posté :

salut marc

meme si c'est un peu tard comme reponse, on ne sait jamais, peut etre verras tu ceci, et on en discutera.

par rapport a ton message, je suis tout a fait d'accord, impossible ou vraiment tres dur de redemarrer dans la vie active, en etant au chomage. moi aussi j'ai essayé de me reorienter vers qqch d'independant, mais la peur de me retrouver a la rue ou presque m'a immediatement fait reculer. comme toi je pense qu'il faudrait faire qqch, mais quoi?!

je ne vois pas tres bien ce que l'etat pourrait faire a part laisser le temps pour qu'on se stabilise, mais ca ca m'etonnerait que ca arrive. en tout cas, ca m'a fait plaisir de voir enfin un probleme concret et preoccupant, dont la solution apporterait un réel plus en Belgique (meme pour l'etat!).

a+



Membre depuis le 20/02/2006
2 messages

Posté :

Oui, Milhai,
Tu as exactement le même angle de vision de la situation, de nos jours c’est difficile d’être un citoyen, les responsables ont par définition un décalage de la réalité puisqu’ils éditent des lois, ils sont dans le passé de notre présent. ( Les traiter d’incompétence est trop radicale )
Nous pouvons faire qqch. , Il me semble que si nous n’avons pas la parole aussi facile que les professionnels de la politique, nous ayons le temps pour structurer notre perception de la situation.
VOIR, est un mot d’apparence simpliste et pourtant difficile à accomplir.
Nous pouvons, Milhai comprendre pourquoi la société ne nous satisfait pas dans notre situation de précarité.
Es cela, un sujet de discussion que nous pourrions aborder ?
Le sujet est vaste et complexe. Comment selon toi aborder le point origine qui nous permettra de définir les problèmes en suivant une progression digne d’un long fleuve ? (versus l’averse de hallebarde et de griefs )
Tout est dans ce point origine, qui par sa précision nous permettra d’être serein sans nous attirer les foudres des autres ( nantis ) ( ils ont consciemment ou inconsciemment peur de perdre leurs acquits, ils refusent de ce fait toutes les voix qui les dénoncent )
Je vais te laisser le temps de répondre, car je pourrais glisser avec ce genre de détail.
Comment vois-tu le problème ? De l’accès au travail.
Quelles sont les raisons qui motivent l’état dans sa politique de protectionnisme ?

D’autre part, il me semble que l’état fait tout pour que le temps soi donner aux sans emplois, tu sais, il n’y a pas qu’une réalité dans un système en crise. C’est la cause de la crise, l’essence de la remise en question.
Pour cela c’est un sujet brûlant et difficile, nous devons accepter ce fait, il y a plusieurs parti. La conscience est un entre multiple lorsqu’elle est en crise.
Voilà Milhai, je crois que nous pouvons établir une réflexion qui aboutira certainement a des propositions cohérentes, et qui seront défendables car réfléchie à plusieurs.
marc


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus