9
Imprimer      Envoyer à un ami     

Vie affective et sexuelle des personnes handicapées



femme 34 ans

Membre depuis le 15/07/2010
7 messages

Posté :

Bonjour à tous,

Je reviens à vous pour obtenir des avis...

Je suis actuellement étudiante en 1ère master en sciences de la famille et de la sexualité à l'Ucl, et je viens d'obtenir un mi-temps dans un foyer de vie pour adultes déficients sévères.

Cette année, je dois débuter mon mémoire (méthodo,etc). J'aimerais donc avoir vos avis sur le thème de la sexualité chez les personnes handicapées mentales sévères. Ce sujet est très vaste, et j'aimerais donc éventuellement trouver des pistes plus précises...Sachant qu'au sein de mon travail, l'équipe serait intéressée par la mise en place d'un "atelier" sexualité avec les résidents, le projet n'étant qu'au stade de l'idée.

Ma question est donc la suivante, quelles questions pourrais-je aborder dans le sujet de la vie affective et sexuelle des personnes handicapées pour un mémoire? Sachant que j'aimerais aborder davantage l'aspect psychologique de la dimension que l'aspect éducationnel.

Merci d'avance de vos réponses...



Membre depuis le 07/09/2010
3 messages

Posté :

Salut, une question intèressante que tu pourrais poser serait de savoir quel impact pourrait donner le fait d'aborder la question de la sexualité auprès des proches de personnes avec un handicap menta sévère et de voir comment se forme les comportements voir plus profondèment comment se modifie l'atittude des proches. De voir ainsi aussi comment celà influe sur la personne avec un handicap mental sévère. En espérant que celà puisse t'être utile.



femme 34 ans

Membre depuis le 15/07/2010
7 messages

Posté :

Merci psy-pj pour ta réponse...

J'ai fait quelques recherches cette semaine, et j'ai une idée. Mais je ne sais pas vraiment si cela est réalisable...

J'aimerais m'intéresser aux représentations et perceptions de la sexualité chez l'adulte déficient vivant en institution, mais d'un point de vue psychanalytique.


Vos avis?



femme 34 ans

Membre depuis le 15/07/2010
7 messages

Posté :

Au fait, psy-pj, je trouve ton idée très intéressante. Mais difficilement réalisable pour moi, sachant déjà que la famille et proches ne sont pas vraiment présent dans la vie des résidents. Ils n'ont pour ainsi dire que les éducateurs et autre résidents dans leur vie...



Liège
femme

Membre depuis le 20/02/2006
1234 messages

Posté :

Bonsoir Ophicy,

En lisant ton message, j'ai quelques réflexions qui me viennent rapidement.

Tu insistes en nous disant que ces personnes sont des personnes handicapées mentales sévères et tu aimerais faire un lien avec la théorie analytique.

Peut-être faudrait-il savoir ce que représente ici le mot "sexualité"

Les personnes handicapées sévères n'ont pas à priori, un rapport à l'autre comme personne "sujet". Le "Je" est déficient. Elles ont plus un rapport à l'autre vu comme "objet".
Le corps n'est pas unifié, il fonctionne plutôt par "bribes et morceaux". Le corps est ballottés au rythmes des sensations "plaisir-déplaisir", "tension-détente", d'où l'intérêt du snoezelen, par exemple, dans les centres pour personnes handicapées mentales.
Comment faire en sorte de rentrer dans une "vraie" relation avec ces personnes où elles peuvent se sentir en confiance ? où elles peuvent prendre le risque de vivre de nouvelles expériences apaisantes en présence d'un autre ?
...au départ de ce qu'elles sont...

A noter aussi que le plaisir "sexuel" se découvrent au niveau du corps, de l'autoérotisme, etc
Comment peut-on préserver des lieux d'intimités pour ces personnes où même les éducateurs n'auront pas "le droit de regard " ?
(à noter que pour ce que j'en sais (et je n'en sais pas grand chose), un adulte handicapé qui se masturbe sans cesse, ne rencontre sans doute pas une prise en charge minimum de ses besoins relationnels. Ca pourrait être un signe dépressif.
(Encore une fois, je ne travaille pas dans ce domaine, je lance donc une piste)

Enfin, Freud dit que l'enfant est un "pervers polymorphe", qu'est ce que cela pourrait vouloir dire dans les situations que tu rencontres ?


... juste qq réflexions en passant et qui ont grand, grand besoin d'être affinées !!! clin d´œil


Psychomotricité, Autisme et Psychose chez l'enfant.
Soins précoces et prévention. Quelle pratique pour le psychomotricien ?
Liège, le 26 Avril 2013
www.airelibreasbl.be



Liège
femme

Membre depuis le 20/02/2006
1234 messages

Posté :



Psychomotricité, Autisme et Psychose chez l'enfant.
Soins précoces et prévention. Quelle pratique pour le psychomotricien ?
Liège, le 26 Avril 2013
www.airelibreasbl.be



Membre depuis le 07/09/2010
3 messages

Posté :

je vois que tu t'intèresse aux représentations, s'est une façon intèressante d'aborder celà mais comme le dit françoise D, tu va rencontré des difficultés pour obtenir tes données notamment du au retard mental sévère. Il serait peut être plus juste de te centrer sur les attitudes (qui définissent les représentantions justement) et qui se divisent en plusieurs dimensions interdépendantes (à savoir: affectif, cognitif et conduites). En attendant les réflexions de Françoise reste très juste et surtout plus utiles pour toi si tu t'intèresse à la voie psychanalitique (qui n'est pas ma spécialisation première ^^). En espérant que tout ceci puisse t'aider et encore une fois bonne M.



femme 34 ans

Membre depuis le 15/07/2010
7 messages

Posté :

Bonsoir,

Tout d'abord merci de vos réponses qui me sont très précieuses...Vous soulevez des questions pertinentes!

Françoise D, je suis tout à fait d'accord avec toi sur ta première réflexion concernant la sexualité. Que veut dire ce mot pour ces personnes n'ayant pas toutes conscience de leur corps unifié, et n'ayant pas non plus "accès" à des relations que je nommerais charnelles?
Et j'ai d'ailleurs pu remarquer que nous sommes pour certains perçus comme des objets... Je pense d'ailleurs à un jeune handicapé sévère avec trouble autistique qui a des pulsions sexuelles très fortes, qu'il traduit de diverses façons: masturbation fréquente lors des siestes, violence vis-à-vis des femmes,... La perception de son corps semble en effet "en morceaux"; Son corps est le réservoir de ses pulsions... Alors en effet, comment installer une relation de confiance avec ces personnes? Comment leur permettre d'avoir des moments d'intimité qui puissent leur être bénéfique... La question de l'éducation sexuelle me vient d'ailleurs à l'esprit et soulève en moi certaines réflexions...

Pour ce qui est de la notion de "pervers polymorphe", du souvenir que je garde de mes cours, il s'agit d'une être qui manifesterait sa sexualité de manière "hors-norme". Être "en morceaux" qui n'a pas accepté la métaphore paternelle, qui n'accepte pas les limites. Et polymorphe, j'entends par là que ces pulsions sexuelles peuvent se manifester sous diverses formes... et je pense directement à cet handicapé avec trouble autistique.

La demande de l'institution pour le projet fut tout d'abord émise parce qu'il n'y avait tout simplement rien de mis en place. Et ensuite parce que certains résidents ont des comportements sexuels "inappropriés", à savoir masturbation et attouchements en public,...

Merci en tout cas à Françoise D pour cette réponse plus que complète. Tes réflexions était vraiment pertinentes!

Psy-pj, en effet, je m'intéresse à la voie de la psychanalyse... Donc il est vrai que si j'envisage de faire mon mémoire sur les représentations, ce sera d'un point de vue analytique. Mais merci à toi de ton soutien clien d´œil


J'ai donc pas mal de pistes intéressantes, mais le tout est de me recentrer; ce que je ne parviens pas à faire étant donné que tout me passionne...



Membre depuis le 04/11/2010
1 message

Posté :

Bonjour Ophicy,


je suis comme toi entrain de réfléchir à mon mémoire... je suis étudiante à la FOPA et tout comme toi je bosse dans le domaine du handicap mental profond et sévère et la question de leur sexualité m'interpelle fortement.

je souhaite centrer ma recherche autour de la perception des éducateurs...
je crois (peut-être à tord) que nos deux recherches se croisent d'une manière ou d'une autre pourrions nous échanger un de ses jours...

merci



Membre depuis le 26/02/2015
11 messages

Posté :

Bonjour,

Je suis étudiante en 1ère master en sciences psychologiques. J'effectue mon premier stage dans un foyer de vie pour adultes avec déficience mentale modérée à sévère, avec ou sans handicap mental et /ou moteur.

L'équipe envisage de créer un atelier de "vie affective et sexuelle" . Pour le moment, la thématique principale portera sur les émotions actuelles des résidents à l'aide de pictogrammes.

Nous cherchons des pistes de sujets mais également d'outils adaptés pour ce type d'activité, tenant compte du fait que pour de nombreux résidents il faut trouver une alternative à la communication verbale.

J'aimerais donc avoir le témoignage de personne qui ont déjà pris en charge ce type d'atelier avec des résidents similaires.

Je pense que cet atelier serait très enrichissant, il s'agit surtout de faire preuve de créativité et de l'aménager au mieux pour ne pas les épuiser.

Je vous remercie d'avance,


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus