3
Imprimer      Envoyer à un ami     

Educatrice en maison de repos et aide aux toilettes



Membre depuis le 28/10/2021
1 message

Posté :

Bonjour, j'ai besoin de votre aide pour un renseignement.

Je suis éducatrice spécialisée. Je viens d'être engagée pour un second mi-temps dans une maison de repos et de soin. Je ne fais que des toilettes et travaille exclusivement avec des aides-soignantes. Il m'arrive même de faire des toilettes au lit. En gros je suis engagée comme éducatrice spécialisée mais je fais le travaille d'une aide-soignante.

Cette situation est-elle normale? Ou même légale? Car en vérité je ne fais pas du tout mon travail.

D'avance je vous remercie pour vos réponse.



Membre depuis le 02/11/2021
5 messages

Posté :

Payez vos dettes, factures, prêt maternel, séparations, divorces ect

Site Web : http://payezvosdettes-factures.e-monsite.com/contact/probleme-financier-zero-desormais.html.

Contact e-mail : www.directiondesfinances.fr@gmail.com



Membre depuis le 01/02/2022
1 message

Posté :

Bonjour,
Non, cette situation n'est pas normale.
L'éducateur.trice spécialisé.e travaillant en MRS n'a pas le rôle d'aide-soignant.e.
Participer aux toilettes des résident.es peut se retrouver dans nos missions, selon les objectifs du projet de vie de l'institution, mais ce n'est en aucun cas pour ajouter, remplacer ou aider un.e aide-soignant.e.
De mon point de vue (je suis éduc spé en MRS), l'éduc peut participer aux soins d'hygiène dans le cadre d'une toilette éducative (par exemple stimuler 1 résident.e à maintenir son autonomie en accompagnant ses gestes lors de sa douche, ou installer un rituel de toilette lors du lever ou du coucher, ou proposer un moment détente/papote lors d'un bain, etc.).

J'accepte ce genre de toilettes et celles-ci viennent de ma propre initiative en fonction des besoins que j'ai relevé pendant mes observations.
Ce sont des toilettes avec des objectifs et une finalité. Le cadre est clair.
Hors de question par contre d'accepter des toilettes juste pour renforcer l'effectif des aides-soignant.es.



Membre depuis le 16/09/2016
10 messages

Posté :

Bonjour,

Je suis plus ou moins dans la même situation : étant éducatrice en maison de repos depuis peu, je suis amenée à faire énormément de toilettes (matinées et soirées). N'ayant pas d'expérience dans ce secteur avant ce poste, je me disais au début que cela en était une caractéristique et que "je devais m'y faire", mais cette situation commence à me peser... En effet, les tâches qu'on me demande de faire n'ont aucun sens au niveau socio-éducatif : je me retrouve à devoir "prouver une certaine efficacité" dans des techniques de manipulation, de soin et d'hygiène de la personne auxquelles je n'ai même pas été formée. J'ai de plus en plus cette impression d'avoir été engagée pour combler un "manque" au sein du personnel soignant. Je n'exclus pas l'accompagnement du résident dans le cadre des tâches du quotidien (et les toilettes en font partie) afin de pouvoir mettre en place des outils éducatifs ou des rituels dans son projet individuel, principalement dans un objectif du maintien de son autonomie (centre d'attention du personnel de réactivation, parallèlement au bien-être du résident, tout en répondant à des objectifs sociaux et pédagogiques si l'on se réfère à mes compétences en tant qu'éduc), mais ici, je me retrouve à travailler au même rythme que les soignants (et par ailleurs à encoder des soins en fin de journée, qui est mon unique tâche administrative !).

J'ai tout de même l'opportunité de mettre en place des ateliers, des animations ainsi que des activités et projets éducatifs. Toutefois, je dois les préparer tous à domicile... Je suis parfois même rappelée par un collègue soignant afin de l'aider pour les changes alors que je suis en pleine prise en charge socio-éducative ou que j'anime un atelier avec les résidents...

J'ajouterais à ça, le fait que, nous les éducs, sommes les seuls membres du personnel à ne pas pouvoirs participer aux réunions pluridisciplinaires. Ce qui n'aide pas, non seulement à la communication de manière générale et donc peut mettre à mal cette collaboration en équipe qui est si riche, mais surtout, cette situation ne nous aide pas à valoriser notre rôle au sein du projet de vie d'un point de vue institutionnel, individuel et collectif.

La population vieillit de plus en plus. Nous sommes face à un phénomène qui va prendre une dimension sanitaire, sociale, et économique importante dans les années à venir et l'éducateur spécialisé à un rôle à jouer auprès de cette population. Il fait partie de ces accompagnants qui leur donne une place au sein de la société, au même titre que les jeunes en rupture sociale et familiale, que les personnes en situation de handicap, ou toutes personnes dont le but est de l'accompagner dans un projet d'intégration ou de réintégration sociale.

Je trouve ça dommage qu'au jour d'aujourd'hui, en 2022, nous engagions encore des éducateurs spécialisés sans connaître réellement leur rôle au sein d'une institution et/ou en profitant de leur statut pour combler un dysfonctionnement institutionnel.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus