12
Imprimer      Envoyer à un ami     

Suivi thérapeutique de mineurs et accord des parents

Page 01 



Bruxelles
femme

Membre depuis le 01/12/2008
48 messages

Posté :

Bonjour à tous,

Etant depuis peu engagée dans un service de santé mentale en tant que psy, je me heurte souvent au non accord d'un des parents lorsqu'il s'agit de suivre en consultation un enfant mineur et dont les parents sont divorcés et le plus souvent en conflit. Pourriez-vous me donner vos avis car les situations évidemment toutes différentes et il n'existe pas de règles bien définies à ce sujet. Par exemple, lorsqu'un des parents souhaite que son enfant soit vu par un psy, et que l'autre parent est d'accord et se rend disponible pour des entretiens, c'est le cas idéal. Mais si cet autre parent refuse de donner son accord? Que faire? Abandonner le suivi même si cet enfant va mal? Personnellement, je ne m'y résouds pas. Une information par téléphone ou par courrier à cet autre parent, même s'il n'est pas d'accord, suffit-il? Je ne peux pas faire comme si ce parent n'existait pas. Sans oublier le parent "demandeur" qui refuse de soumettre l'autorisation à l'autre. Bref, j'ai pour objectif le bien-être de l'enfant mais ces situations mérient des réflexions. Dans mon équipe, les avis ne sont pas toujours les mêmes, d'où mon questionnement.

Merci de me donner vos témoignages et expériences.

Sara



Membre depuis le 17/02/2012
1 message

Posté :

Bonjour,

Dans l'école où je travaille, il arrive souvent que l'étudiant manque un cours pour se rendre au centre de suivi PMS (par chance, il est juste à côté...). L'école a le devoir de signaler tout problème d'élève, s'il relève de la vie privée.
Peut-être est-ce une piste pour vous? En tout cas, renvoyer l'élève vers le PMS de son école peut être fait, même si ce n'est pas avec vous que ça se traite, vous pouvez peut-être uniquement vous assurer de ce suivi?

En tant que professeur, je suis personnellement sensible aux problèmes que vivent les jeunes dans le cadre familial. Le décrochage scolaire n'est pas toujours du à l'école seule...

Cordialement,

Zaboum



Bruxelles
femme

Membre depuis le 01/12/2008
48 messages

Posté :

Merci Zaboum de votre réponse mais je ne comprends pas très bien où vous voulez en venir:) Ce n'est pas vraiment la réponse à ma question:)



femme 34 ans

Membre depuis le 10/08/2010
125 messages

Posté :

Bonjour,
je suis une formation en systémique dans laquelle j'ai appris qu'il fallait avoir l'accord des DEUX parents pour un suivi thérapeutique avec l'enfant.

Rien ne t'empêche d'appeler le parent absent ou lui envoyer un courrier afin de lui expliquer la situation et d'attendre son accord.

Maintenant, à toi de voir comment la communication peut passer entre toi et le parent "absent" afin qu'il puisse accepter le travail thérapeutique pour son enfant.

Bonne chance!

(si tu entends un job qui se libère, fais-moi signe!)



Bruxelles
femme

Membre depuis le 01/12/2008
48 messages

Posté :

Bonsoir Mimille,

Je connais ta formation vu que c'est moi qui te l'avais conseilléesourire Mais justement, là aussi les avis divergent: certains formateurs attendent l'accord pour commencer le travail; d'autres en informent simplement l'autre parent...

Bon courage pour ta recherche, je sais à quel point c'est dur, moi-même, comme bien d'autres, ai galéré pendant des années!!



femme 34 ans

Membre depuis le 10/08/2010
125 messages

Posté :

Bonjour.
Juste pour info: ma formation est super!
Concernant ton travail, je pense que tu dois alors faire comme toi tu le sens, ce avec quoi tu es le plus à l'aise...

Bon travail!



Bruxelles
femme

Membre depuis le 01/12/2008
48 messages

Posté :

D'autres conseils ou avis?



Uccle
femme

Membre depuis le 06/07/2009
11 messages

Posté :

Bonjour Sara,

Je travaille également avec des enfants. Dans le cas de situations de divorce, je demande TOUJOURS l'autorisation à l'autre parent, par principe. Et la façon de réagir de l'autre parent donne généralement le ton pour le suivi. Si cela risque d'impliquer l'enfant dans un conflit de couple, je ne prend même pas le risque. Mais ma réponse semble évidente sourire



Bruxelles
femme

Membre depuis le 01/12/2008
48 messages

Posté :

Bonjour Florence,

Je te remercie pour ta réponse. Pas évident tout ça! Je comprends ton cadre et sans doute que c'est moins évident pour moi car je ne suis pas aussi tranchée, d'où mon questionnement perpétuel:) Mais ta réponse me donne du matériel:)

Merci!



Uccle
femme

Membre depuis le 06/07/2009
11 messages

Posté :

Malheureusement, je ne suis pas toujours aussi tranchée. J'ai déjà du, à regret, stopper un suivi faute de collaboration d'un parent. Mais je pars du principe qu'impliquer l'enfant dans un tel conflit ne fera que cristalliser davantage ses difficultés. Par contre, il m'est souvent arrivé de ne pas avoir d'accord ou de refus bien catégorique. Dans ce cas, je travaille avec le membre absent et parfois, on a des surprises agréables avec le parent qui débarque dans le suivi sourire


Page 01 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus