19
Imprimer      Envoyer à un ami     

Toxicomanie : quel travail exactement?

Page 01 



Membre depuis le 21/04/2006
29 messages

Posté :

Je suis actuellement étudiante en service social, et j'effectue mon stage au sein d'une Initiative d'Habitations Protégées.
Celle ci accueille entre autres pathologies, des personnes toxico-dépendantes, que ce soit alcoll ou drogues diverses...
J'ai été confrontée plusieurs fois à des interrogations quant à la manière de travailler avec des personnes toxicomanes. En effet, comment peut on gérer et travaiiller l'aspect manipulatoire et menteur d'un toxicomane?
Vos réponses m'aideraient beaucoup à m'orienter dans le travail avec ces personnes...
d'avance merci!
sourire



Membre depuis le 26/02/2006
288 messages

Posté :

Je vous conseille deux bouquins : La drogue et les jeunes, oser en parler de felicita Voght (vous pouvez très bien transposer ses écrits à un travail avec des adultes)
et "Les manipulateurs sont parmis nous" (j oublié l'auteur). VOus y trouverez des pistes de travaille. Je travail également avec des personnes toxicomanes, si vous voulez, je peux en discuter avec vous.



Membre depuis le 21/04/2006
29 messages

Posté :

Merci pr ces réponses.
Je vais essayer de me procurer le second livre que vs m'avez conseillé.
Pourrais-je éventuellement savoir dans quel secteur vs travaillez exactement ainsi que votre travail concret???
cela m'intéresserait bcp... Un grand merci!



Membre depuis le 26/02/2006
288 messages

Posté :

Je suis educateur de rue dans le cadre du plan drogue (c'est un plan de la région wallonne) d'une commune.Je travaille avec des personnes toxicomanes marginalisées. Je suis chargé de les orienter vers des services qui leur convienne. Le plus dure dans ce boulot c'est de les amener vers une prise de conscience. C'est vrai que si tu t'en tiens à leur discours : "tout va bien, ils maitrisent". Comment les amener vers une prise de conscience sans employer des discours moralisateur (et inutile à mon sens)? Voila la principale question que je me pose.



Membre depuis le 21/04/2006
29 messages

Posté :

Merci pr ces pistes de btravail que je trouve intéressantes.
Ce qui me travaille bcp est l'aspect manipulatoire d'un toxicomane, car j'ai été confrontée à cette situation lors de mon stage, situation qui en arrivait à mettre l'équipe à bout...
Je pense tout de même qu'il y a un moment où il faut savoir s'arrêter et reconnaître ses propres limites ainsi que celles de l'institution...
sourire



Membre depuis le 21/04/2006
29 messages

Posté :

Je voulais dire que, sur mon lieu de stage, l'équipe a été confrontée à énormément de difficultés avec l'un des résident, toxicomane. Il faut qd meme savoir que le séjour en IHP est refusé tant que le candidat n'a pas effectué une post cure de 9 mois. La consommtion est donc bien sûr interdite au sein de l'institution.
Des le début du séjour de ce résident, l'quipe a été confrontée, non seulement à sa consommation notoire, mais également à une série de manipulations et de mensonges de sa part.
L'éducatrice qui suit cette personne en arrivait à un point où elle ne pouvait réellement plus travailler avec cette personne... C'est pq je dis que l'institution devrait elle aussi reconnaître ses limites et ne pas garder cette personne uniquement pour son taux d'occupation, si l'équipe ne peut plus travailler avec cette personne...
Ai-je tort??



Membre depuis le 22/06/2006
258 messages

Posté :

Que de jugements moraux... mentir, manipuler... ils mentent et manipulent parce que l'équipe a un projet pour eux, projet dont ils ne veulent que très partiellement...



Membre depuis le 21/04/2006
29 messages

Posté :

Je ne suis pas du tout d'accord, j'utilise le terme manipuler parce qu'il s'agit tout simplement d'une caractéristique reconnue d'une personne toxicomane, ce que j'ai pu d'ailleurs lire dans de nombreux ouvrages... quant à mentir, je suis désolée je ne vois pas d'autres termes pour qualifier le comportement que cette personne avait eu...
Quant au projet que l'équipe a pu avoir pour cette personne, il n'a jamais été question, du moins dans l'endroit ou g travaillé, qu'elle le lui impose, ,il n'y a pas souscrit et ce n'est pas cela qu'on lui a reproché, mais bien le fait qu'il n'avait tout simplement aucun projet...



Membre depuis le 17/07/2006
2 messages

Posté :

Perso, je suis d'accord avec Viviane. J'ai réalisé mon stage de dernière année dans un centre d'accompagnement ambulatoire pour personnes toxicodépendantes, mais à Genève.

La politique sociale là bas est déjà différente puisqu'il y a notamment un local d'accueil et d'injection pour les personnes. Ce qui propose donc une ouverture d'esprit différente qu'en Belgique. Mais il s'agit là d'un autre débat.

Je suis révolté quand des professionnels (peu importe leurs formations) se permettent de généraliser et de dire que "les toxicomanes sont des menteurs et des manipulateurs".

Deux choses.

Tout d'abord, au niveau du cheminement de la toxicomanie, je te conseille Dani d'aller revoir Prochaska et Di Clemente. Tu verras vite que c'est si évident de changer de mode de fonctionnement...d'autant plus si tu prends le temps d'écouter l'histoire des personnes (qui pour la grande majorité est très difficile).

En plus de cela, t'es tu interrogée sur "la sincérité du mensonge" et le rôle qu'il a pour la personne? N'est pas "simplement" un déni qui permet à la personne de se protéger de quelque chose qu'elle refuse (notamment le projet que l'on peut avoir pour elle comme le mentionne Vinciane)?

Ce n'est que mon avis. Mais avant tout, je pense que tout intervenant en toxicomanie doit avoir en tête "l'accroche" de l'ERIT (Association Européenne des Intervenants en Toxicomanies) qui est que "la toxicomanie même la plus prolongée doit être considérée comme une situation provisoire et réversible"...et cela même si cela prends beaucoup de temps.

A cela, je pense qu'il faut ajouter que, selon moi, le travailleur social qui veut absolument qu'une personne dépendante sorte de sa dépendance de manière définitive et immédiate est une personne qui sera très vite déprimée par son travail, une personne qui se met en position sauveur (cfr triangle dramatique); mais avant tout un intervenant qui sous estime la difficulté de la personne et ne la respecte pas forcément dans sa difficulté.


Arnaud



Membre depuis le 21/04/2006
29 messages

Posté :

Personnellement j'ai l'impression que l'on me prete des paroles que je n'ai absolumenbt jamais dites, mais bon ... je n'ai jamais prétendu vouloir a tout prix sortir les personnes de leur toxicomanie, et encore moins que je ne prenais pas le temps d'écouter l'histoire et le parcours des personnes concernées, du moins ai-je essayé de le faire au maximum durant mon stage. Soit, je n'ai pas non plus posté cet article pour me justifier, mis bien pour que l'on me conseille, moi, étudiante sourire
Pour ma part je considère que cette personne avec qui il m'a été donné de travailler présentait ces caractéristiques, c'est le cas de cette personne qui m'a fait me poser toutes ces questions. J'ai eu l'occasion de travailler avec d'autres personnes toxico dépendantes, notament beaucoup d'alcooliques abstinents, qui ne m'ont pas fait me poser toutes ces questions, càd que je n'ai pas du tout remarqué un aspect manipulateur chez elles. Ce qui signifie bien que ce n'est pas le cas de tous...


Page 01 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus